Archives de catégorie : Eau publique 2017

Il est temps à nouveau de se jeter à l’eau

La Coordination Eau Île-de France,  Attac Val de Marne, la Fondation Danielle Mitterrand France libertés, la fabrique Vitry en Mieux… appellent à venir assister au débat d’orientation sur la gestion de l’eau dans le territoire Grand Orly Seine Bièvre qui aura lieu le mardi 27 juin de 19h à 20h à l’Hôtel de ville de Vitry/Seine. Tous et toutes vêtu-es de bleu, montrons aux élus la volonté citoyenne d’une gestion publique de l’eau. Car « il faut absolument que les citoyens se fassent entendre pour que les élus ne fléchissent pas comme cela a été le cas dans un passé récent » comme en témoigne ci-dessous de façon éloquente Jacques Perreux,  qui porte notre combat au sein de l’assemblée  territoriale.

Bagnolet étudie le passage à une gestion publique de l’eau

La réflexion et le débat sont bien lancés à Bagnolet pour le passage à une gestion publique.  Après un vœu en faveur de la gestion publique adopté le 29 mars,  le conseil municipal a reçu Célia Blauel, Présidente d’Eau de Paris, pour présenter la gestion publique de l’eau à Paris. A la suite de cette réunion, le Maire de Bagnolet a demandé à Eau de Paris de réaliser une étude de faisabilité pour une  gestion publique à Bagnolet, approvisionnée par la régie publique parisienne. Ci-dessous un article d’Elsa Marnette dans le Parisien du 4 juin, suivi de notre commentaire…

Gestion publique: Bagnolet en veut!

Le conseil municipal a adopté le 29 mars un vœu pour que la ville ne retourne pas au SEDIF et s’engage dans la construction d’une gestion publique, en partenariat avec Eau de Paris et éventuellement d’autres villes voisines d’Est Ensemble comme Montreuil.  Le Maire a invité Célia Blauel, Présidente d’Eau de Paris, à une réunion de travail avec le conseil municipal le 2 mai.

Le vœu présenté par un groupe de l’opposition, Bagnolet initiatives citoyennes (BIC-EELV), et les deux groupes de la majorité, le groupe socialiste, radical et citoyens et Dynamique citoyenne a été largement approuvé (sauf par les élus communistes qui se sont abstenus).

Continuer la lecture de Gestion publique: Bagnolet en veut!

La guerre de l’eau dans Politis

A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, l’hebdomadaire Politis a consacré un dossier complet à la gestion de l’eau où le débat -on pourrait dire le combat – entre public  et privé fait rage.  Les géants de la gestion de l’eau font face depuis plusieurs années à un réveil citoyen. Et 2017 pourrait marquer un nouveau tournant, estime le journaliste Erwan Manac’h.

Politis ouvre largement ses colonnes au mouvement pour l’eau bien commun dans sa diversité: la Coordination Eau Île-de-France bien sûr, la Coordination nationale, le collectif des usagers de l’eau du grand Avignon, la Fondation France Libertés, Eau de Paris. Associations, élus, personnalités ouvrent en grand le débat.

Continuer la lecture de La guerre de l’eau dans Politis

La bataille pour l’eau publique passe par Montreuil

Ibrahim DUFRICHE-SOILIHI, Co-président du groupe des élu-e-s « Ensemble pour Montreuil », appelle le Maire de Montreuil, Patrice BESSAC, à tenir l’engagement commun des formations de gauche et écologiste pour la  défense du service public et à saisir la possibilité qui s’offre en 2017 de sortir du SEDIF et de créer un nouveau service public pour l’eau en partenariat avec Eau de Paris.

Continuer la lecture de La bataille pour l’eau publique passe par Montreuil

Feu vert juridique pour sortir du SEDIF

Le cabinet d’avocats Seban a rédigé une note intitulée « impact de la loi NOTRe sur la gestion de l’eau potable sur le territoire de l’EPT (établissement public territorial) Grand-Orly- Seine- Bièvre ».  Ce document réalisé à la demande du territoire, confirme qu’il n’y a pas d’obstacle juridique à une sortie du SEDIF et à une extension de la gestion publique. Voici les principaux points de la note:

-la compétence eau revient à part entière au territoire;

-l’EPT est membre du SEDIF par représentation-substitution (en lieu et place des agglomérations et des communes qui y étaient déjà) jusqu’au 31 décembre 2017. Une situation qui ne peut perdurer au-delà sans une adhésion formelle au SEDIF;

-il n’y a pas d’obligation à harmoniser les modes de gestion et les tarifs dans le territoire. Le choix du mode gestion est libre et il n’y a pas d’obligation à ce qu’il soit le même pour tout le territoire. Donc nous pouvons envisager sereinement la sortie de plusieurs villes du SEDIF et une adhésion au SEDIF de l’EPT pour les villes qui restent.

Ces différents éléments d’analyse sont des points d’appui pour le développement de la gestion publique, dans le territoire Grand Orly Seine Bièvre, et au-delà, en particulier pour les EPT Plaine Commune et Est Ensemble.

Télécharger la note du cabinet Seban.