Archives de catégorie : International

Une grande victoire au niveau européen

Le commissaire européen Michel Barnier vient d’annoncer que le domaine de l’eau est retiré de la directive concession en cours de préparation. Il fait référence explicitement au refus de la privatisation exprimé par les citoyens et aux 1,5 millions de signatures pour  l’Initiative citoyenne européenne « l’eau est un droit humain ».
C’est une fantastique victoire! Rien ne résiste au mouvement pour l’eau bien commun. Nous avons réussi à infléchir la politique européenne!
Après ce succès, nous allons continuer de plus belle à faire signer l’initiative citoyenne européenne pour peser sur le renouvellement de la directive cadre sur l’eau et notamment sur le document d’orientation (water blueprint) de la commission européenne qui sera publié à la rentrée en septembre. Pour empêcher aussi que la privatisation de l’eau soit une condition des prêts européens à la Grèce et au Portugal. En France, nous allons exiger encore plus fort des collectivités la fin des contrats de délégation au privé et le rétablissement des services publics de l’eau.
NB : la Coordination EAU Île-de-France est membre du Mouvement européen pour l’eau bien commun (European water movement)>>>en savoir+
Victoire confirmée 
La commission européenne a confirmé le 26 juin la reculade de Barnier: le secteur Eau et Assainissement est retiré de la proposition de directive sur les contrats de concession. C’est donc une nouvelle version de la proposition de directive qui sera soumise au parlement européen:
Aquafed, le lobby des multinationales de l’eau, a réagi immédiatement en dénonçant le « lobbying des allemands » (sic), hilarant!
Depuis le 26 juin, plusieurs rebondissements:
— les parlementaires allemands de la commission IMCO ont demandé sans succès que l’article obligeant à une révision de la directive au bout de 5 ans de mise en application soit retiré de la proposition de directive. En effet, cette révision permet la réintégration du secteur de l’eau.
— le Conseil européen sous la pression du gouvernement allemand vient d’obtenir le retrait de cet article. Cela devrait être officialisé le 17 juillet lors du passage de la proposition de directive devant le Conseil européen.
Bruxelles recule devant la crainte sur la privatisation de l’eau
21 juin 2013 La Commission européenne a retiré vendredi le secteur de l’eau d’une proposition de loi européenne sur les concessions face aux craintes persistantes d’une privatisation, particulièrement en Allemagne où il est géré par les municipalités.«Depuis des mois, des informations font état de la tentative de la Commission de privatiser l’eau en douce à travers sa proposition sur les concessions», a indiqué dans un communiqué le commissaire européen chargé du Marché intérieur, Michel Barnier. «Cela n’a jamais été ni son intention ni la réalité».«Bien que ce risque n’ait jamais existé, les citoyens ont pensé qu’il existait et l’ont exprimé très clairement», a souligné l’ancien ministre français de l’Environnement.Dans le cadre du nouveau droit à l’Initiative citoyenne européenne (ICE), la pétition «L’eau est un droit humain» a déjà recueilli près de 1,5 million de signatures.Droit à l’eau. Elle demande que «les institutions européennes et les Etats membres soient tenus de faire en sorte que tous les habitants jouissent du droit à l’eau et à l’assainissement», que «l’approvisionnement en eau et la gestion des ressources hydriques ne soient pas soumis aux règles du marché intérieur et que les services des eaux soient exclus de la libéralisation».«Il est de notre devoir de tenir compte des inquiétudes exprimées par tant de citoyens», affirme M. Barnier. «C’est pourquoi la meilleure solution semble être de retirer l’eau du champ d’application de la directive sur les concessions», dit-il, ajoutant qu’il proposera à la Commission d’avaliser sa décision.M. Barnier a présenté fin 2011 cette proposition de directive destinée à créer un cadre pour les concessions offrant, selon la Commission, une clarification des règles, plus de transparence et une plus grande égalité de traitement entre les entreprises européennes.Les négociations entre la Commission, les Etats membres et le Parlement européen sont dans leur dernière ligne droite. Mais malgré de nombreux amendements, elles continuaient à achopper sur la question de l’eau, notamment avec l’Allemagne où ce secteur, comme d’autres services publics (transports urbains, déchets), est traditionnellement géré par des services municipaux (Stadtwerk).Berlin s’est d’ailleurs réjoui vendredi de cette modification du texte.«Nous saluons le fait que la Commission, avec son annonce, crée les bases d’un compromis acceptable», a déclaré le ministère allemand de l’Economie dans un communiqué.

Le ministère, dirigé par le libéral (FDP) Philipp Rösler, a rappelé qu’il avait «dès le début exprimé des réserves» concernant la proposition de Bruxelles «car elle ne prenait pas assez en compte les particularités des concessions de traitement des eaux en Allemagne».

Cet obstacle écarté, «la voie est libre pour trouver un terrain d’entente global» car le texte permet, dans sa nouvelle mouture, «de s’assurer que la concurrence sera renforcée lors de l’attribution des concessions», a-t-il ajouté

Alerte Pérou : nouvelle offensive minière à Conga

L’une  des plus grandes entreprises de destruction environnementale  du monde est actuellement en cours à  Cajamarca, dans les Andes du nord du Pérou, où le méga-projet minier Conga, qui va détruire d’importantes sources d’eau dans la région, vient d’être  relancé ce mois-ci par le gouvernement du président Ollanta Humala et la société minière transnationale Newmont-Yanacocha.

Rassemblement unitaire samedi 8 juin, 16h,
Fontaine des Innocents, Paris 3è, Métro Châtelet- Les Halles 

Contre la répression,
Pour la solidarité avec le peuple de Cajamarca,
Conga no va!
Cette décision est très grave parce que, outre la grande catastrophe environnementale qu’elle implique, elle peut conduire dans l’immédiat, comme se fut le cas dans un passé récent, à des conséquences humaines tragiques.
Le gouvernement de Lima a donné le «feu vert» pour imposer Conga, mégaprojet qui avait été officiellement « suspendu » devant la résistance de la population. Les effets de l’annonce du gouvernement et de la compagnie minière ne se font pas fait attendre. Le 28 mai, près de 1500 membres de communautés, Gardiens des Lacs et autres représentants de la population, qui, cette semaine sont allés inspecter la relance des travaux, ont été violemment réprimés par la police, qui n’a pas hésité à tirer sur eux. Cette fois, la victime était le paysan  José Guillermo Cueva Huamán, blessé par un tir de chevrotines. Il ya un an, les tirs de la police et de l’armée avaient tué cinq personnes à Celendín et Bambamarca.
Il est clair que, après deux ans de résistance pacifique du peuple de Cajamarca, le président Humala et la compagnie minière ont déjà décidé de ne respecter ni principes ni formes et d’imposer le projet Conga par la force.
Pour réaliser ce brutal passage en force, le gouvernement de Lima, vient juste d’adopter de nouvelles dispositions qui modifient les lois en vigueur et ouvrent sans restriction les portes aux multinationales, en leur permettant de contourner les règles de protection environnementale et de protection du patrimoine archéologique ainsi que de se moquer du droit à la santé, à la vie et à l’autodétermination de la population affectée.
Nous appelons toutes les organisations sociales, syndicales et politiques en France et en Europe à se prononcer contre ce crime gravissime contre l’humanité, car même s’il  se produit dans une région reculée des Andes péruviennes, ses conséquences sont néanmoins planétaires. En effet, la destruction et la contamination des sources d’eau à Conga vont  affecter le bassin de l’Amazone et les rivières qui se jettent dans l’océan Pacifique. En fin de compte, non seulement les populations du  nord du Pérou paieront les conséquences de l’extractivisme sauvage actuel. La France et le monde entier sont concernés.
• Pour la légitime défense de l’eau, la santé et la vie face à la mine à ciel ouvert et la lixiviation, techniques destructrices employées par Newmont pour extraire l’or à Cajamarca, Pérou.
• Pour respecter la décision de la population  de Cajamarca, qui s’est prononcé à 78% contre l’imposition du projet Conga, et le respect de son droit à décider de sa propre stratégie de développement et de sa propre vision de l’avenir.
• En mémoire de César Medina Aguilar, Joselito Vásquez Jambo, José Antonio Sánchez Huamán, Paulino José Eleuterio Garcia Rojas, José Faustino Silva Sánchez, les cinq personnes tuées en Juillet 2012 par les tirs de la troupe, dans les villes de Celendín et Bambamarca et pour la poursuite et le châtiment des responsables de ces meurtres.
• Pour la défense de El Perol  et des autres lacs menacés dans la région.
CONGA NO VA, NI AHORA NI NUNCA

Solidarité avec la population de Cajamarca (Perou)

conga-no-va

Soutien à la lutte contre le projet de mine d’or de Conga.

Une mobilisation sociale et environnementale pacifique sans précédent, qui a mis le thème de la défense du droit à l’eau et du droit à la consultation préalable des populations dans l’agenda national.
À l’occasion de ce 1er mai, le comité de solidarité avec Cajamarca en France, avec le soutien de la Coordination eau Ile-de-France :
• salue le courage, la ténacité et la dignité de ceux qui poursuivent la lutte et résistent à Cajamarca pour défendre l’eau contre l’or et obtenir l’annulation définitive du projet minier;
• alerte l’opinion publique française et internationale sur le contexte de criminalisation de la
protestation sociale et de mise en place d’un processus de militarisation et de privatisation de la police nationale au service des multinationales au Pérou,
• fait appel à tous les citoyens, aux élus, aux associations et aux organisations démocratiques et syndicales, qui ont soutenu la campagne de solidarité internationale en signant le communiqué adressé au Gouvernement dʼOllanta Humala, pour maintenir la plus extrême vigilance.
Depuis un an et demi, la population de Cajamarca (Andes nord du Pérou) lutte pacifiquement contre le mega-projet Conga, de l’entreprise YANACHOCHA pour la défense de l’eau contre l’or. Il s’agit d’une mobilisation sociale et environnementale sans précédent (deux grèves générales: du 24 novembre au 4 décembre 2011 et du 31 mai au 3 juillet 2012, interrompues par des déclarations d’état d’urgence et une marche nationale pour l’eau de Cajamarca à Lima, de 10 jours, en février 2012) qui tire sa force de son histoire et de son unité.
La mobilisation a pris une dimension nationale, a provoqué deux changements d’équipe
gouvernementale et a mis le thème de la défense du droit à l’eau et du droit à la consultation préalable des populations dans l’agenda national.
Après les incidents tragiques de juillet 2012, entraînant la mort de cinq personnes par balles des forces répressives, à Celendín et à Bambamarca, et le retrait provisoire du projet en août, la situation est loin d’être résolue et est au contraire alarmante. Yanacocha poursuit les travaux de construction des réservoirs que, selon elle, doivent remplacer leslacs menacés, tandis que les membres des rondes paysannes, devenus «
gardiens des lagunes », campent aux abords des lacs à 4000 m d’altitude pour les protéger. La population continue d’exiger le retrait définitif du projet dans un contexte de militarisation de la zone, de privatisation de la police nationale mise au service de la protection de la multinationale et de criminalisation de la protestation sociale (110 opposants et défenseurs des droits de l’homme —dont le Président de la Région, Gregorio Santos, et l’ex prêtre Marco Arana, dirigeant de Tierra y Libertad— sont, en ce moment, sous poursuites judiciaires).
Cette situation alarmante au niveau national vient d’être dénoncée le 11 mars dernier à la
Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme par une délégation péruvienne qui a rappelé que 24 civils sont morts et 649 ont été blessés lors de conflits sociaux depuis le début du gouvernement d’Ollanta Humala.

POURQUOI « CONGA NO VA »
• Parce qu’il va détruire cinq lacs de haute montagne, 260 ha de bofedales (prairies humides qui permettent de retenir les infiltrations d’eau de pluie) et les eaux souterraines,
• Parce qu’il est situé sur une source, zone d’écosystème fragile, zone protégée,
• Parce que Yanacocha a une autorisation d’utilisation de 900 L/sec, alors que toute la population de la ville de Cajamarca consomme 233 L/sec.
• Parce qu’il contamine l’eau des rivières et toutes les eaux de consommation humaine et
d’irrigation pour les pâturages et l’agriculture,
• Parce que l’utilisation du cyanure et le processus de lixiviation sont interdits dans les pays européens et aux USA en raison de leur dangerosité,
• Parce qu’il va à l’encontre de toutes les normes légales nationales (ordonnances municipales, régionales, Zonification Ecologique et Economique, Loi générale de l’Environnement, Constitution) et internationales (Droit à l’eau reconnu en 2010 comme partie intégrante des Droits de l’homme par résolution de l’ONU du 28 Juillet 2010).
• Parce qu’il va à l’encontre du droit des populations à être consultées pour tout projet affectant leur mode de vie (Déclaration des Nations Unies 2007, Conventions 169 de l’OIT et même Loi péruvienne votée en 2012),
• Parce qu’il repose sur un type de développement qui va à l’encontre de celui défendu par la population (une relation différente avec la nature fondée sur le respect, le bien-être, la justice sociale et le respect des générations futures).

UN PROJET SUSPENDU ?
Actuellement, le projet Conga est « suspendu », mais pas arrêté, puisque l’entreprise minière continue ses travaux subrepticement, appuyée dans sur l’intense militarisation de la région de Cajamarca. En parallèle, d’autres concessions ont été accordées à d’autres compagnies dans la région et le gouvernement met en place ses plans de persécution et pénalisation des opposants au projet, ainsi que des défenseurs des droits de l’homme.
Nous appelons la solidarité internationale à se renforcer jusqu’à l’annulation définitive du projet Conga et à demander au gouvernement péruvien l’arrêt immédiat du processus de criminalisation des dirigeants populaires et opposants à ce projet.

Comité de solidarité avec Cajamarca (lien ICI)
Rejoignez-nous !

Télécharger ICI le Fascilule « CONGA NO VA! Agua si, oro no ! »

ALERTE GRÈCE : Lettre ouverte au peuple français

Face à la privatisation forcée du service de l’eau en Grèce, le mouvement Save the greek water adresse cette lettre ouverte au peuple français.

Les tyrans ont toujours quelque ombre de vertu. Ils soutiennent les lois avant de les abattre. (Voltaire, Catilina, acte I, sc. 5)

Français, nos frères !

Le 19 février 2013, votre Président, François Hollande, s’est rendu dans notre capitale, à Athènes. « Notre message envers la Grèce est un message d’amitié profonde, de soutien, de confiance et de croissance », voilà ce qu’a dit votre Président et il appelé les entreprises françaises à investir…investir dans la terre et l’eau.

Hollande et Samaras parlent « d’investir » dans le domaine de la gestion des nappes phréatiques de la Grèce, ressources naturelles, qui sont protégées par la Constitution grecque, et qui n’appartiennent à personne d’entre nous, ni même au Premier Ministre, qui veut en faire commerce.

Nous connaissons très bien votre combat pour la protection des biens publics et sociaux et aussi votre sensibilisation au sujet de la gestion de l’eau. Après des dizaines d’années de gestion privée et bien que les deux grandes multinationales de l’eau, Suez et Veolia, aient des intérêts français, les villes de Paris, Brest, Varages, Durance-Lubéron, Castres, Cherbourg ou Toulouse, et d’autre, se sont battues et ont obtenu que la gestion de l’eau redevienne publique. Et ces villes ont agi ainsi, après avoir vécu les conséquences de la commercialisation de l’eau, la montée vertigineuse des prix, l’accès inégal aux services hydrauliques, la dégradation de la qualité des services proposés, la baisse des investissements dans l’entretien et l’agrandissement du réseau et les pratiques de monopoles. Même si en Grèce, les gens ont oublié, les temps lointains de 1925, les conséquences du contrôle mondial de l’époque, de l’eau d’Athènes aux mains de l’entreprise américaine Ulen, nous les plus jeunes, ayant étudié et réfléchi, nous partageons avec vous exactement les mêmes inquiétudes concernant la privatisation imminente des Compagnies des eaux ΕΥΑΘ et ΕΥΔΑΠ, et de nombreux autres services municipaux, comme le bruit en court.

Notre inquiétude grandit encore pour se transformer en colère, après la réponse du Directeur de la Commission de l’UE, Olli Rhen, aux groupes de citoyens. Il a assuré que la Commission Européenne promeut à dessein la privatisation dans tous les pays qui bénéficient de plans de sauvetage, bien que cela soit contraire à la Directive de neutralité, concernant la propriété ou la gestion privée ou publique des services de l’eau (article 345 TFEU et article 171 de la Directive 2006/123/EC, en rapport avec les services de marché intérieur) mais aussi contraire au Protocole concernant les Services Publics du Traité. D’autre part, la Commission, mais aussi le gouvernement grec ignorent volontairement que c’est la Commission elle-même, qui conduit les recherches sur les plus grandes multinationales de l’eau (Suez, Veolia, Saur) à propos de pratiques de monopole ou de comportements d’harmonisation des pratiques.

Dans ce pays, qui se trouve au bord du gouffre de la faillite, qui jour après jour, perd une partie de son indépendance nationale, et où les voix et protestations des citoyens s’élevant contre le bradage de type colonialiste des ressources naturelles, sont étouffées par le dogme de la « tolérance zéro », le gouvernement grec, qui a escamoté le vote des Grecs pour « renégocier »  le mémorandum, considère qu’il est urgent de remplir ses caisses avec tout ce qui peut se vendre, vendant non seulement son héritage, mais une partie de son âme. Nous, les citoyens grecs, humiliés, nous voilà revenus aux temps du protectorat, obligés de privatiser notre eau, la rendant d’une qualité douteuse et chère.

Après l’impressionnant référendum italien pour l’eau, en 2011, le retour aux services publics dans de nombreuses villes françaises, la réglementation aux Pays Bas en 2004 qui impose une gestion publique des nappes phréatiques, et leur protection par la constitution allemande, nous nous demandons : l’Union Européenne nous considère-telle encore comme des Européens ? Et nous sommes désolés justement, parce que nous sommes Européens, pas seulement pour nous, mais par crainte de devenir le cheval de Troie d’un commerce de vente de l’eau dans toute l’Europe. Nous savons que le peuple français ne s’enrichira pas par l’action des multinationales françaises de l’eau, même si elle devait s’étendre jusqu’à la dernière de nos îles, et nous vous invitons à vous tenir à nos côtés. Nous ne voulons pas de tels « investissements » qui signifient la privatisation des gains et la socialisation du coût, qui conduira notre pays à s’endetter jusqu’à la nuit des temps.

Nous voulons vous crier du fin fond de notre âme que la privatisation de l’eau, en Grèce, est une question qui concerne tous les Européens, qui depuis des années, résistent vigoureusement à toute commercialisation des services de l’eau. Il s’agit d’un pas en arrière dans notre combat pour les biens publics et la vie humaine. Pour nous tous, l’eau n’est pas seulement un bien social, c’est le symbole de la justice et de la liberté, héritage commun, que nous sommes obligés de protéger, afin de le transmettre sûrement et en toute liberté à la génération future.

En conclusion, le destin de la Grèce, est aussi le destin de l’Europe, une Europe qui se comporte en oligarchie anti-démocratique, installant une féodalité du XXIe siècle d’un nouveau genre, ayant la loi du marché pour seul lobby.

Français, nos frères, nous les citoyens grecs, nous vous demandons d’être à nos côtés dans ce combat que nous menons pour une gestion démocratique de nos nappes phréatiques, face à une troïka, qui décide et ordonne, et un gouvernement, qui n’est qu’aliéné, parfois de bon gré, aux directives du mémorandum. L’heure est venue que nous donnions ensemble, un nouveau souffle à la devise liberté-égalité-fraternité.

Το εναντιούμενον τω δυναστεύοντι δήμος ωνόμασται.
On appelle démos (le peuple), ceux qui s’opposent au tyran.
Thucydide, 460-394 av. JC

Victoire pour les défenseurs de Caimanes au Chili

Vendredi 21 décembre, après 40 jours d’audience, le tribunal d’Ovalle a décidé à l’unanimité, d’acquitter le dirigeant du Comité de Caimanes et les quatre avocats défendant la communauté.

Les quatre avocats et le dirigeant de Caimanes étaient accusés d’association illicite, de désordre public et de prévarication alors qu’ils avaient mis en place une série d’actions juridiques contre le fonctionnement du bassin d’El Mauro, appartenant à l’entreprise minière Los Pelambres. Construit en 2008 à huit kilomètres du village, ce réservoir de déchets miniers –le 3ème plus grand au monde- a coupé l’accès à l’eau de la communauté villageoise et contaminé les réseaux d’eau potable.

Malgré toute la virulence des procureurs de la République qui, aux côtés des avocats de l’entreprise minière Los Pelambres, portèrent l’accusation avec conviction, leurs arguments n’ont pas réussi à convaincre le tribunal.

Outre le rejet des accusations émises, le tribunal a reconnu implicitement les faits : « Bien qu’il n’était pas de son ressort de se prononcer sur l’existence d’une contamination environnementale à Caimanes, on ne pouvait pas qualifier de fausses, les dénonciations de contamination environnementales ». Ainsi, alors que les accusateurs prétendaient que la contamination environnementale avait été inventée de toute pièce pour extorquer de l’argent à la Mine Los Pelambres, le tribunal a ouvert la voie au thème de la pollution minière, encore tabou dans un pays où la primauté absolue donnée aux projets miniers semblait interdire la moindre remise en cause du modèle extractiviste.

Cet acquittement redonne symboliquement la force du droit à la justice chilienne puisqu’un tribunal n’a pas cédé à l’absurde accusation portée par la plus riche famille du Chili, Los Luksic, propriétaire de l’entreprise minière Los Pelambres. Toutefois, il y a encore bien du chemin à faire pour que justice soit rendue aux communautés affectées par les mégaprojets miniers au Chili. Si les défenseurs des droits sont soulagés : « ils n’iront pas en prison pour avoir défendu une communauté », et si en définitive au terme de ce procès aux relents kafkaïens, « le droit des communautés à se défendre à été reconnu », les habitants de Caimanes en revanche sont encore bien loin de célébrer la victoire. Leur village est déchiré par les pratiques délétères de la mine, aucune solution n’a été apportée au problème de contamination de l’eau qui continue à être nié par les autorités sanitaires et, hormis ceux qui ont les moyens d’acheter de l’eau, les habitants continuent de consommer une eau dans laquelle la présence de mercure-nickel-manganèse a été attestée, mettant en danger la santé.s

Les avocats, désormais acquittés, se disent déterminés à poursuivre leurs actions pour la défense de Caimanes, pour que la mise en péril de la communauté – par le monstrueux bassin minier dressé au-dessus de la tête des habitants- soit enfin reconnue et qu’une solution soit apportée.

Nombreux sont ceux qui, à Caimanes comme ailleurs, espèrent qu’un jour prochain, ce ne seront non plus les défenseurs des droits humains qui seront assis sur le banc des accusés des Tribunaux, mais les vrais responsables des désastres sociaux et environnementaux, et qui attendent ainsi que les dirigeants des entreprises viennent assumer leurs responsabilités … pour que le sacrifice de Caimanes n’ait pas été vain.

 

Alerte internationale : privatisation de l’eau en Grèce

ÉCOUTEZ LE TÉMOIGNAGE DE Maria Kannellopoulou, du Mouvement pour l’eau en Grèce, sur le site de Globradio à l’occasion de la séance de l’Université populaire de l’eau et du développement durable (UPEDD) le 11 décembre au cinéma le Luxy à Ivry.

x

La Commission Européenne a clairement reconnu imposer la privatisation des services de l’eau comme l’une des conditions d’application du cadre des plans de sauvetage dans une lettre adressée aux groupes de la société civile. La question de la légalité de cette disposition est clairement mise en question comme nous l’avions mis en lumière il y a quelques semaines.

x

C’est dans ce sens que des mouvements citoyens européens ont décidé de réagir accusant la Commission d’enfreindre ce faisant des articles clés du Traité de l’Union Européenne qui prévoient sa neutralité1 concernant le régime de la propriété des services de l’eau.

x

Cette décision semble d’autant plus contestable qu’elle va à l’encontre de la tendance générale en Europe et dans le monde. En effet, les retours à une gestion publique des services de l’eau sous la pression des citoyens prennent aujourd’hui une place prépondérante avec en point d’orgue l’exemplaire référendum italien en 2011 en faveur du service public de l’eau.
 x
Dans le plan de sauvetage de la Troïka pour la Grèce, vous pouvez retrouver une longue liste de services publics qui doivent être vendus au plus offrant, dont les deux principales compagnies de service public de l’eau, EYATH (Thessalonique) et EYDAP (Athènes).  Celles-ci  risquent donc d’être bientôt gérées en majorité par le secteur privé2.
x
Des citoyens grecs ont lancé le mouvement Save Greek Water en juillet 2012 afin d’informer l’opinion publique et de permettre à la population grecque de se faire entendre en signant une pétition contre cette privatisation imposée des services de l’eau et le maintien de ce service public vital dans la sphère de l’intérêt général et du bien commun pour tous.
x
Nous devons aujourd’hui comprendre et soutenir les citoyens grecs dans ce combat afin que l’idée même des biens communs pour tous et en particulier de l’eau pour tous prenne toute sa place dans cette période de crise et d’austérité. L’eau pour la vie pas pour les profits !
x
x

Communiqué de Presse co-signé Coordination Eau Ile-de-France et Fondation France Libertés.

En savoir + : savegreekwater.org

DOSSIER DE PRÉSENTATION sauver l’eau en Grèce ICI

TÉLÉCHARGER LE DOSSIER DE PRESSE COMPLET ICI