EAU DU ROBINET ET EAU EN BOUTEILLE SUR LE RING DE L’ÉCOLOGIE

Novethic a voulu comparer l’impact environnemental de l’eau du robinet avec celui de l’eau en bouteille. A priori, la réponse semble évidente mais les chiffres sont tellement surprenants que nous ne regarderons plus les bouteilles d’eau de la même façon. Voir l’infographie ci-dessous.

S’il paraît évident que l’eau du robinet est meilleure pour la planète que l’eau en bouteille, nous avons tout de même voulu remonter les deux filières. Premier apprentissage : l’impact environnemental de l’eau du robinet n’est pas nul.  Pour l’extraire, un système de pompage est nécessaire. Puis, celle-ci passe par une usine de production où elle est nettoyée de ses impuretés avant de rejoindre les quelque 900 000 kilomètres de canalisations à travers tout le territoire.

De son côté, l’eau en bouteille paye un lourd tribut à cause du pétrole nécessaire pour fabriquer le plastique des contenants. Il faut compter 2 kilogrammes de pétrole pour un kilo de PET. L’eau en bouteille passe également par une usine de traitement et d’embouteillage. De là commence un long périple jusqu’à la table du consommateur. Centre de stockage, supermarchés, voiture du consommateur…En moyenne, on estime qu’elle parcourt 300 kilomètres. Et ce n’est pas fini. La bouteille va ensuite terminer sa vie dans un incinérateur ou être recyclée dans la moitié des cas. Sans compter que cette eau est 300 fois plus chère que l’eau du robinet.

S’il paraît évident que l’eau du robinet est meilleure pour la planète que l’eau en bouteille, nous avons tout de même voulu remonter les deux filières. Premier apprentissage : l’impact environnemental de l’eau du robinet n’est pas nul.  Pour l’extraire, un système de pompage est nécessaire. Puis, celle-ci passe par une usine de production où elle est nettoyée de ses impuretés avant de rejoindre les quelque 900 000 kilomètres de canalisations à travers tout le territoire.

De son côté, l’eau en bouteille paye un lourd tribut à cause du pétrole nécessaire pour fabriquer le plastique des contenants. Il faut compter 2 kilogrammes de pétrole pour un kilo de PET. L’eau en bouteille passe également par une usine de traitement et d’embouteillage. De là commence un long périple jusqu’à la table du consommateur. Centre de stockage, supermarchés, voiture du consommateur…En moyenne, on estime qu’elle parcourt 300 kilomètres. Et ce n’est pas fini. La bouteille va ensuite terminer sa vie dans un incinérateur ou être recyclée dans la moitié des cas. Sans compter que cette eau est 300 fois plus chère que l’eau du robinet.

Laisser un commentaire