Suez adoucit l’eau et sale la facture

Dans une lettre ouverte, adressée à MM. Sylvain Tanguy et Philippe Rio, Vice-Présidents en charge de l’eau au sein des Communautés d’Agglomération Cœur d’Essonne et de Grand Paris Sud, la Coordination Eau Île-de-France et l’association Aggl’eau publique Val d’Orge, dénoncent une opération de communication conjointe de Suez et de l’agglomération Grand Paris Sud, qui se fait au détriment des intérêts des usagers citoyens.

« C’est avec émoi et inquiétude que nous avons pris connaissance de l’opération de communication organisée conjointement par Suez et les services de l’agglomération Grand Paris Sud, qui semble bien avoir pour but de conforter la position de monopole de Suez  pour la  vente d’eau en gros à l’égard des EPCI  l’Essonne urbaine.

Le prétexte d’une eau adoucie, invoqué pour justifier cette opération « de communication », ne trompera personne, tant le procédé est grossier: Il s’agit de créer de toute pièce un besoin que, bien sûr, seul Suez pourrait satisfaire et donc de légitimer l’obligation de se soumettre à sa propre production d’eau, à ses tarifs et à ses seules conditions.

Il s’agit ainsi de verrouiller la prolongation d’une situation de monopole particulièrement défavorable aux Essonniens et à leurs élus,  au moment même où, enfin, l’élargissement important du périmètre de distribution publique de l’eau potable en Essonne,  pourrait et devrait permettre de construire un rapport de force enfin favorable à l’intérêt général pour l’approvisionnement en eau.

Au moment où la nouvelle régie publique Eau Cœur d’Essonne, est en négociation avec Suez dans des conditions très difficiles, alors que  les habitants des deux agglomérations attendent de leurs élus respectifs qu’ils construisent un partenariat et prennent des initiatives propices à une maîtrise  publique de la production d’eau en Essonne, comment comprendre et accepter cette complaisance des services de Grand Paris Sud à l’égard de Suez et de sa stratégie?

La « propagande » de Suez validée par Grand Paris Sud, avec  son opération du 18 mars 2017 interpelle  les attentes des consommateurs et la mise en place d « un projet solidaire pour le territoire »:

MM les Vices-Présidents, ce qui est sûr et certain, c’est que les citoyens-usagers exigent qu’on en finisse avec l’opacité de cette gestion et ces confusions d’intérêt  ils n’en  veulent plus. Ils n’en peuvent plus de cette connivence contraire à leurs intérêts. A l’image de l’eau, bien commun, qui circule au mépris des frontières et des charcutages territoriaux de nos bassins de vie, nous attendons une solidarité entre nos collectivités et nos élus  pour enfin nous affranchir de l’emprise des actionnaires des multinationales de l’eau.

C’est le sens et l’éthique des régies publiques créées, nous comptons sur vous pour les faire vivre. »

 NB: M. Sylvain Tanguy, vice-président en charge de l’eau de l’agglomération cœur d’Essonne a indiqué avoir déjà signifié à Suez son refus du système d’adoucissement de l’eau pour plusieurs raisons:

– augmentation du prix de 0,15€ le m3

– calcul d’économie sur la production d’eau chaude (chauffage et sanitaire) non vérifié 

– nouveaux systèmes de production d’eau chaude déjà protégés contre le calcaire. 
Il s’agit clairement à ses yeux d’une manœuvre visant à conforter une position monopolistique qui va à l’encontre des intérêts des usagers. 

Laisser un commentaire