La forêt amazonienne déclenche sa propre pluie

Une équipe américaine vient de résoudre un des mystères de la météo amazonienne : pourquoi les pluies débutent deux mois avant que le système de vent ne puisse apporter l’eau de la mer sur la forêt? Réponse : ce sont les arbres qui font pleuvoir. Un article de Loïc Chauveau dans Sciences et Avenir

Guyane

Humidité dans le parc amazonien de Guyane. Jobard/Coeurs de nature/SIPA

MOUSSON. La météo amazonienne est bien plus complexe que la simple alternance des saisons sèches et humides qui prévaut dans la bande intertropicale. Il pleut en effet de décembre à mai, puis il fait soleil de juin à septembre. Mais entre septembre et décembre, s’intercale une période intermédiaire où il pleut alors que les conditions ne s’y prêtent pas. En effet, durant ces mois, le système de vent ne permet pas encore aux nuages formés au-dessus de l’océan de venir arroser le massif amazonien selon le principe de la mousson.

Les scientifiques ont constaté depuis longtemps l’accumulation d’humidité dans l’atmosphère à l’automne, mais sans pouvoir dire d’où elle venait. Tout ce qu’ils pouvaient affirmer, c’est que ces pluies –plus modestes que celles d’hiver– coïncidaient avec la croissance des feuilles des arbres et donc correspondaient à un accroissement de la photosynthèse. La pluie pouvait donc provenir d’une augmentation de l’évapotranspiration, les plantes relâchant de l’humidité lors de leur photosynthèse. Rong Fu, une climatologue de l’Université de Californie Los Angeles (UCLA), vient de confirmer cette hypothèse dans un article des PNAS.

Ce sont les végétaux qui commandent l’ouverture de la saison des pluies

DEUTERIUM. La chercheuse a eu pour cela l’idée d’utiliser l’imagerie satellite fournie par le satellite de la Nasa Aura, dédié à l’étude de la chimie de l’atmosphère de la Terre. Ce qu’a révélé cet engin spatial, c’est que l’humidité qui provient des océans tend à être plus légère que la vapeur d’eau relâchée dans l’air par les plantes. A cela une explication simple: durant l’évaporation, les molécules d’eau provenant de l’océan se débarrassent de leur deutérium, un isotope naturel de l’hydrogène composé d’un proton et d’un neutron. En revanche, lors de leur transpiration, les plantes pompent l’eau du sol et la rejettent dans l’atmosphère sans changer sa composition isotopique. Le satellite Aura a pu ainsi montrer que l’humidité d’automne s’accumulant au-dessus de la forêt tropicale avait une haute teneur en deutérium bien supérieure à celle provenant des océans. Et ce contenu en deutérium était à son maximum à la fin de la saison sèche, pendant le redémarrage de la végétation. Plus de doute: ces pluies sont bien provoquées par les arbres!

Cette découverte ouvre une grande perspective et ajoute un élément à un débat ancien. Celui autour des interactions entre les plantes et le cycle de l’eau. La végétation ne serait pas seulement le réceptacle passif des précipitations mais aurait aussi un rôle actif dans leur régulation. C’est en tout cas prouvé pour l’Amazonie et le projet de l’équipe de Rong Fu c’est de vérifier dans les prochains mois si le même phénomène est constaté au-dessus de la forêt du bassin du Congo en Afrique.

La perspective, c’est celle du rôle des plantes sur le climat. Elles ne serviraient pas seulement à stocker le carbone, mais pourraient avoir un rôle dans la machinerie climatique. Ces pluies intermédiaires d’automne réchauffent en effet l’atmosphère, provoquant l’ascension d’un air devenu chaud. C’est ce qui provoquerait l’inversion de la circulation des vents, apportant en décembre les pluies en provenance de l’Océan. Les plantes seraient en quelque sorte l’élément déclencheur d’une mousson dont elles ont besoin pour vivre. Cette avancée scientifique révèle donc une conséquence encore mal évaluée de la déforestation. Avec un couvert végétal diminué, les pluies deviennent plus rares, accentuant les sécheresses. Un effet de rétroaction redoutable pour les équilibres de la planète.

Laisser un commentaire