Archives de catégorie : Nouvelle culture de l’eau

Algues vertes – L’histoire interdite 

Aujourd’hui, nous nous intéressons à la journaliste et documentariste Inès Léraud et plus précisément à sa bande dessinée « Algues Vertes : l’histoire interdite ». Ce roman graphique à qui le dessinateur Pierre Van Hove donne vie grâce à un style minimaliste, s’avère très convaincant. C’est sous un ton majoritairement jaune, vert et bleu que celui-ci parvient à retranscrire émotions et ambiance à la perfection. Cette œuvre éditée par la maison Delcourt et sortie en librairie le 12 juin 2019, connaît un double succès : tant sur le plan du divertissement avec une histoire finement écrite, remplie de détails aguicheurs, que sur le plan intellectuel… Par Antoine Laplace , volontaire en service civique.

Continuer la lecture de Algues vertes – L’histoire interdite 

Retour sur le terrain

En ce début d’année 2021, les ateliers Ecolo c’est économe recommencent en présentiel, dans des conditions respectant les normes sanitaires. Après deux mois d’ateliers web, l’équipe est heureuse de revenir au format classique de deux heures d’ateliers dans nos lieux partenaires. Cette nouvelle année commence bien avec deux ateliers dans deux nouvelles structures : le Filon, un centre d’accueil de jour pour femmes sans abris dans le 17e et la Maison de l’écologie de Saint Denis.

Continuer la lecture de Retour sur le terrain

L’art au fil de l’eau

La Coordination EAU Ile-de-France est heureuse de vous présenter son tout nouveau réseau d’artistes inspirants et engagés pour l’eau. Autour de mises en scène originales, les artistes évoquent les problématiques et enjeux de l’eau de manière humoristique, poétique… . Une occasion d’ouvrir les esprits, de poser les questions et de sensibiliser aux enjeux de la protection de la ressource en eau, tout en douceur et légèreté. 

Continuer la lecture de L’art au fil de l’eau

Catherine Ringer relaxée!

La célèbre chanteuse des Rita Mitsouko et deux autres prévenues étaient accusées d’avoir, en 2018, découpé un grillage pour pénétrer sur le chantier et protester contre le projet d’île de loisirs. Par Nathalie Revenu dans Le Parisien du 27 novembre 2020.

De g à d, Marianne Lesou, Jean-Claude Oliva, directeur de la Coordination EAU Île-de-France, Nadia Azoug, Vice-présidente d’Est Ensemble et Catherine Ringer.

Continuer la lecture de Catherine Ringer relaxée!

Participez au projet Université bleue!

               Les bouteilles d’eau en plastiques ont un impact désastreux sur l’environnement. L’eau douce est une ressource renouvelable mais son cycle est déjà fortement perturbé par l’agro-industrie, l’urbanisation, bref par notre mode de vie. De plus, la surexploitation des sources assèche les nappes phréatiques et prive les populations locales d’une ressource vitale, comme on le constate dans les régions pauvres du globe.  A ce sujet, la banque mondiale prévoit qu’en 2025, 1.8 milliard de personnes vivront dans des régions qui connaîtront une pénurie d’eau absolue. 

Bonne nouvelle, L’ONU a reconnu le droit humain à l’eau il y a maintenant dix ans, et a décidé de consacrer cette décennie par des actions liées au thème de “l’eau au service du développement durable” (2018-2028). Toutefois, la France et à plus grande échelle, l’Union européenne, refusent de concrétiser dans leur droit interne ces mutations primordiales. Ces deux vilains élèves sont en effet à la traîne en ce qui concerne la reconnaissance et l’application du droit à l’eau pour tous.

               Certes, une loi interdisant le plastique destiné à un usage unique a été déposé sur les bancs de notre Parlement, mais son application concrète révèle bien des failles.

Une précision est alors nécessaire, lorsqu’un consommateur achète une bouteille d’eau, 90% de son argent sert à payer la production, le transport et la publicité de la marque, alors que ces trois éléments ne devraient pas entrer en compte pour avoir accès à l’eau potable de bonne qualité. Il en résulte donc que l’eau en bouteille coûte 50 à 300 fois plus cher que l’eau courante. 

               En coopération avec la Mairie de Paris, Eau de Paris, nous avons construit un projet pour labelliser les universités parisiennes et tous les établissements d’enseignement supérieurs “Universités bleues”. Ce label impose la suppression de la vente des bouteilles d’eau, la reconnaissance publique du droit humain à l’eau et à l’assainissement pour tous et la mise en place de solution alternative avec l’installation de fontaines, la mise à disposition de carafes et éco-cup ainsi que la distribution ou la vente de gourdes sur les campus. Enfin le label aurait pour objectif la mise en place d’une politique de communication visant à promouvoir ces derniers thèmes abordés, afin de sensibiliser les étudiants et ainsi de modifier les comportements et les idées reçues que les lobbies ont imposé dans nos modes de vie.

Nous avons réunis 13 associations étudiantes avec qui nous échangeons, réparties dans 13 universités et une école supérieure de la région parisienne qui sont : 

  • Sciences po Paris, la Sorbonne Nouvelle, l’Université Nanterre, l’Université de Saint-Denis, Sup’biotech, Paris Dauphine, Paris Descartes, Panthéon Assas,  Paris Diderot, Agro Paris Tech, ENS, De Vinci, Panthéon Sorbonne.

               A l’heure actuelle, cinq universités de la région d’Île-de-France sont en courses vers la labellisation et trois autres s’intéressent de près à celle-ci. 

Nous continuons à rencontrer les étudiants ainsi que les administrations malgré des conditions peu reluisantes, dues à la situation sanitaire. Parallèlement nous travaillons à la mise en place d’un plaidoyer adapté aux spécificités des établissements; afin d’offrir aux administrations des pistes et opportunités propices au bon déroulement des échéances liées au projet Université Bleue.

               Le mouvement continue de croître, et chacun se voit assigner des rôles précis, le but étant de mettre en place une participation, une collaboration étroite entre les parties prenantes au projet. Les associations étudiantes commencent ainsi à mener des campagnes de communications , appuyées parfois pas les services responsables du développement durable des universités qui souhaiteraient mettre à disposition leur expertise en la matière. Chaque acteur du projet participe ainsi à la création du Label, avec l’idée que celui-ci sera, à terme, un bien commun.

Il est temps d’agir! Nous pensons que les universités sont des acteurs incontournables pour que le changement s’opère dans la société. nous leur demandons d’arrêter de vendre de l’eau en bouteille sur les campus, et de privilégier l’accès à l’eau courante.

Avec le soutien de: