Val d’Orge (91): l’eau passe en régie publique le 1er mai

Le 1er mai, à minuit, Eau Cœur d’Essonne, la nouvelle régie publique en charge de la distribution de l’eau dans les dix communes de l’ex Val d’Orge* sera lancée. Ce nouveau mode de gestion avait été sollicité par 78 % des suffrages — sur 7 313 bulletins vérifiés — lors d’une consultation publique organisée en juin 2015. La première facture sera adressée aux 130 000 habitants en septembre.

Saint-Michel-sur-Orge, ce jeudi. Sylvain Tanguy (à gauche) président d’Eau Cœur d’Essonne et Olivier Léonhardt (à droite) président de Cœur d’Essonne agglomération ont inauguré la régie publique de l’eau. 

Un lieu unique pour les usagers. Ce jeudi, les élus de Cœur d’Essonne agglomération (rassemblement de communes qu s’étend de Sainte-Geneviève-des-Bois à Arpajon) ont inauguré le nouveau bâtiment de la régie de l’eau. Installé rue Denis-Papin, dans la zone des Montatons à Saint-Michel-sur-Orge, il permettra d’accueillir et d’informer les consommateurs. « Notre ambition est d’améliorer la relation et la réactivité des services auprès des usagers », note Sylvain Tanguy, vice-président (PS) de l’agglomération et président d’Eau Cœur d’Essonne.

Une diminution des tarifs. En reprenant la main sur la distribution de l’eau, la régie unifie les prix imposés jusqu’alors par Suez et Véolia. Car si Fleury-Mérogis, Brétigny-sur-Orge et Le Plessis-Pâté s’en sortaient avec des abonnements annuels allant de 19 à 22 €, les habitants de Sainte-Geneviève-des-Bois, Villiers-sur-Orge et Longpont-sur-Orge payaient pour leur part entre 34 € et 51 €. « La facture va baisser pour huit des dix communes, assure Sylvain Tanguy. Nous avons estimé une réduction moyenne de 35 %. » Les taxes reversées à l’Agence de l’eau ou au Syndicat des rivières resteront elles inchangées. « Cela se traduira par une économie totale annuelle pour les usagers de plus de 4 M€ », se réjouit Pascal Grandjeat, représentant de l’association Aggl’Eau Publique Val d’Orge au conseil d’administration.

Longpont-sur-Orge, le 28 février. Jusqu’en juin, des employés de Cœur d’Essonne agglomération effectuent des relevés contradictoires des compteurs d’eau aux côtés des agents de groupe Suez et de Véolia. (DR.)

Une tarification progressive. Trois tranches tarifaires sont prévues pour distinguer les petits des gros consommateurs, avec un écart de 33 % entre le prix de la 1e (1,22 € le m3) et celui de la 3e tranche (1,63 € le m3). « Nous regrettons que les services ne soient pas en mesure de différencier les compteurs des entreprises et ceux des collectifs (NDLR : les immeubles) qui se retrouvent sur la même tranche, déplore Pascal Grandjeat. Un alignement des tarifs de ces derniers avec les individuels devra être voté prochainement. »

La régie sera étendue à onze autres villes. Six mois après la consultation publique, les agglomérations du Val d’Orge et de l’Arpajonnais fusionnaient. Il était trop tard pour intégrer les communes de l’Arpajonnais dès 2017 à la régie publique. Mais les élus vont travailler dans les mois qui viennent à une unification des services.

* Sainte-Geneviève-des-Bois, Brétigny-sur-Orge, Morsang-sur-Orge, Saint-Michel-sur-Orge, Fleury-Mérogis, Villemoisson-sur-Orge, Longpont-sur-Orge, Le Plessis-Pâté, Leuville-sur-Orge et Villiers-sur-Orge.

Saint-Michel-sur-Orge, ce jeudi. À terme, le réseau d’Eau Cœur d’Essonne, représenté sur ce tableau, devrait s’étendre aux onze villes de l’ex-Arpajonnais. (LP/N.C.)

Article de Nolwenn Cosson publié le 27 avril 2017 par leparisien.fr

Laisser un commentaire