Alerte Pérou : nouvelle offensive minière à Conga

L’une  des plus grandes entreprises de destruction environnementale  du monde est actuellement en cours à  Cajamarca, dans les Andes du nord du Pérou, où le méga-projet minier Conga, qui va détruire d’importantes sources d’eau dans la région, vient d’être  relancé ce mois-ci par le gouvernement du président Ollanta Humala et la société minière transnationale Newmont-Yanacocha.

Rassemblement unitaire samedi 8 juin, 16h,
Fontaine des Innocents, Paris 3è, Métro Châtelet- Les Halles 

Contre la répression,
Pour la solidarité avec le peuple de Cajamarca,
Conga no va!
Cette décision est très grave parce que, outre la grande catastrophe environnementale qu’elle implique, elle peut conduire dans l’immédiat, comme se fut le cas dans un passé récent, à des conséquences humaines tragiques.
Le gouvernement de Lima a donné le «feu vert» pour imposer Conga, mégaprojet qui avait été officiellement « suspendu » devant la résistance de la population. Les effets de l’annonce du gouvernement et de la compagnie minière ne se font pas fait attendre. Le 28 mai, près de 1500 membres de communautés, Gardiens des Lacs et autres représentants de la population, qui, cette semaine sont allés inspecter la relance des travaux, ont été violemment réprimés par la police, qui n’a pas hésité à tirer sur eux. Cette fois, la victime était le paysan  José Guillermo Cueva Huamán, blessé par un tir de chevrotines. Il ya un an, les tirs de la police et de l’armée avaient tué cinq personnes à Celendín et Bambamarca.
Il est clair que, après deux ans de résistance pacifique du peuple de Cajamarca, le président Humala et la compagnie minière ont déjà décidé de ne respecter ni principes ni formes et d’imposer le projet Conga par la force.
Pour réaliser ce brutal passage en force, le gouvernement de Lima, vient juste d’adopter de nouvelles dispositions qui modifient les lois en vigueur et ouvrent sans restriction les portes aux multinationales, en leur permettant de contourner les règles de protection environnementale et de protection du patrimoine archéologique ainsi que de se moquer du droit à la santé, à la vie et à l’autodétermination de la population affectée.
Nous appelons toutes les organisations sociales, syndicales et politiques en France et en Europe à se prononcer contre ce crime gravissime contre l’humanité, car même s’il  se produit dans une région reculée des Andes péruviennes, ses conséquences sont néanmoins planétaires. En effet, la destruction et la contamination des sources d’eau à Conga vont  affecter le bassin de l’Amazone et les rivières qui se jettent dans l’océan Pacifique. En fin de compte, non seulement les populations du  nord du Pérou paieront les conséquences de l’extractivisme sauvage actuel. La France et le monde entier sont concernés.
• Pour la légitime défense de l’eau, la santé et la vie face à la mine à ciel ouvert et la lixiviation, techniques destructrices employées par Newmont pour extraire l’or à Cajamarca, Pérou.
• Pour respecter la décision de la population  de Cajamarca, qui s’est prononcé à 78% contre l’imposition du projet Conga, et le respect de son droit à décider de sa propre stratégie de développement et de sa propre vision de l’avenir.
• En mémoire de César Medina Aguilar, Joselito Vásquez Jambo, José Antonio Sánchez Huamán, Paulino José Eleuterio Garcia Rojas, José Faustino Silva Sánchez, les cinq personnes tuées en Juillet 2012 par les tirs de la troupe, dans les villes de Celendín et Bambamarca et pour la poursuite et le châtiment des responsables de ces meurtres.
• Pour la défense de El Perol  et des autres lacs menacés dans la région.
CONGA NO VA, NI AHORA NI NUNCA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.