Dix ans après la loi Oudin-Santini, la solidarité coule à petit débit

Les services d’eau et d’assainissement n’ont pas massivement exploité « le système du 1 % » des recettes alloué à des actions de solidarité internationale, mis en place en 2005. Cette modération est aujourd’hui accentuée par les tensions financières subies par les collectivités territoriales. Bilan au lendemain de la journée mondiale de l’eau.

Au total, 200 millions d’euros ont été mobilisés en dix ans pour 1 000 projets concernant une cinquantaine de pays, selon le Programme solidarité eau (PS-Eau). « Cela représente environ 400 à 500 collectivités engagées sur la décennie », précise Cécile Noblot, responsable communication et plaidoyer de l’association, spécialisée dans l’accès à l’eau et à l’assainissement.

Lire l’article intégral dans la Gazette des communes

Lire aussi La loi Oudin-Santini « Cheval de Troie » de Veolia ou Suez, fabulation d’écologiste ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.