Europe: un petit pas

La Fédération syndicale européenne des services publics (FSESP) salue le vote sur la refonte de la directive sur l’eau potable au Parlement européen (PE) aujourd’hui comme un petit pas en avant pour réaliser le droit humain à l’eau dans l’UE. Il fait suite à la toute première initiative citoyenne européenne Right2water. Il est toutefois regrettable que le PE n’ait pas poussé plus loin la proposition initiale de la Commission européenne et qu’il en résulte une approche très timide du développement du droit humain à l’eau dans l’Union européenne.

La FSESP est un acteur majeur du secteur de l’eau organisant les travailleurs des services d’eau et d’assainissement. La FSESP a été la principale organisation à l’origine de la toute première initiative citoyenne européenne sur le droit humain à l’eau ( www.right2water.eu) en 2012. La directive sur l’eau potable mentionne explicitement l’ICE ainsi que la déclaration des Nations Unies sur le droit humain à l’eau et à l’assainissement. La refonte de la directive est un petit pas dans la bonne direction pour garantir aux personnes vulnérables l’accès à l’eau potable. Cependant, nous pensons que les États membres ont trop de latitude pour ne pas appliquer les dispositions de la directive. La FSESP continuera de faire campagne pour un engagement supplémentaire en faveur de la promotion du droit humain à l’eau et à l’assainissement et pour garantir qu’aucun utilisateur dans l’UE ne verra son approvisionnement en eau déconnecté. Le socle des droits sociaux, en particulier le principe 20 sur l’accès aux services essentiels, offre une nouvelle opportunité de franchir une étape cruciale pour garantir le droit humain à l’eau.

Jan Willem Goudriaan, Secrétaire général de la FSESP et vice-président de l’ECI , a déclaré: « Le droit à l’eau de l’ICE a clairement indiqué que les Européens souhaitaient que leurs services d’eau soient gérés par des entreprises publiques. Il est très décevant que les membres du Parlement européen aient oublié cela et poussent un amendement au rapport sur la directive-cadre sur l’eau promouvant les partenariats public-privé (PPP). Cela vient malgré les preuves de plus en plus nombreuses que les PPP ne profitent ni aux travailleurs ni aux citoyens ».

L’amendement de compromis 21 de la motion sur la mise en œuvre de la politique européenne de l’eau encourage les PPP. Le rapporteur de l’ONU sur le droit humain à l’eau et à l’assainissement vient de publier un rapport indiquant que les opérateurs publics respectent le droit humain à l’eau d’une bien meilleure manière que les opérateurs privés. L’amendement 21 contredira également le précédent rapport du PE en réponse à l’ICE, le rapport Boylan qui a constaté que l’utilisation des PPP n’est ni efficace, ni bonne pour la promotion du droit humain à l’eau. La Cour des comptes européenne a également fait valoir que les PPP n’avaient aucun avantage.

Jan Willem Goudriaan a conclu: « Nous ne comprenons pas pourquoi le Parlement s’écarte de la définition de l’eau dans la directive-cadre sur l’eau. Cela montre clairement que l’eau n’est pas un produit commercial comme les autres, mais plutôt un patrimoine qui doit être protégé, défendu et traité comme tel. L’ICE a montré que les gens sont très attachés aux services publics de l’eau. Les membres du PE devraient cesser de pousser la libéralisation et la commercialisation de ces services essentiels ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.