Solidarité avec la population de Cajamarca (Perou)

conga-no-va

Soutien à la lutte contre le projet de mine d’or de Conga.

Une mobilisation sociale et environnementale pacifique sans précédent, qui a mis le thème de la défense du droit à l’eau et du droit à la consultation préalable des populations dans l’agenda national.
À l’occasion de ce 1er mai, le comité de solidarité avec Cajamarca en France, avec le soutien de la Coordination eau Ile-de-France :
• salue le courage, la ténacité et la dignité de ceux qui poursuivent la lutte et résistent à Cajamarca pour défendre l’eau contre l’or et obtenir l’annulation définitive du projet minier;
• alerte l’opinion publique française et internationale sur le contexte de criminalisation de la
protestation sociale et de mise en place d’un processus de militarisation et de privatisation de la police nationale au service des multinationales au Pérou,
• fait appel à tous les citoyens, aux élus, aux associations et aux organisations démocratiques et syndicales, qui ont soutenu la campagne de solidarité internationale en signant le communiqué adressé au Gouvernement dʼOllanta Humala, pour maintenir la plus extrême vigilance.
Depuis un an et demi, la population de Cajamarca (Andes nord du Pérou) lutte pacifiquement contre le mega-projet Conga, de l’entreprise YANACHOCHA pour la défense de l’eau contre l’or. Il s’agit d’une mobilisation sociale et environnementale sans précédent (deux grèves générales: du 24 novembre au 4 décembre 2011 et du 31 mai au 3 juillet 2012, interrompues par des déclarations d’état d’urgence et une marche nationale pour l’eau de Cajamarca à Lima, de 10 jours, en février 2012) qui tire sa force de son histoire et de son unité.
La mobilisation a pris une dimension nationale, a provoqué deux changements d’équipe
gouvernementale et a mis le thème de la défense du droit à l’eau et du droit à la consultation préalable des populations dans l’agenda national.
Après les incidents tragiques de juillet 2012, entraînant la mort de cinq personnes par balles des forces répressives, à Celendín et à Bambamarca, et le retrait provisoire du projet en août, la situation est loin d’être résolue et est au contraire alarmante. Yanacocha poursuit les travaux de construction des réservoirs que, selon elle, doivent remplacer leslacs menacés, tandis que les membres des rondes paysannes, devenus «
gardiens des lagunes », campent aux abords des lacs à 4000 m d’altitude pour les protéger. La population continue d’exiger le retrait définitif du projet dans un contexte de militarisation de la zone, de privatisation de la police nationale mise au service de la protection de la multinationale et de criminalisation de la protestation sociale (110 opposants et défenseurs des droits de l’homme —dont le Président de la Région, Gregorio Santos, et l’ex prêtre Marco Arana, dirigeant de Tierra y Libertad— sont, en ce moment, sous poursuites judiciaires).
Cette situation alarmante au niveau national vient d’être dénoncée le 11 mars dernier à la
Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme par une délégation péruvienne qui a rappelé que 24 civils sont morts et 649 ont été blessés lors de conflits sociaux depuis le début du gouvernement d’Ollanta Humala.

POURQUOI « CONGA NO VA »
• Parce qu’il va détruire cinq lacs de haute montagne, 260 ha de bofedales (prairies humides qui permettent de retenir les infiltrations d’eau de pluie) et les eaux souterraines,
• Parce qu’il est situé sur une source, zone d’écosystème fragile, zone protégée,
• Parce que Yanacocha a une autorisation d’utilisation de 900 L/sec, alors que toute la population de la ville de Cajamarca consomme 233 L/sec.
• Parce qu’il contamine l’eau des rivières et toutes les eaux de consommation humaine et
d’irrigation pour les pâturages et l’agriculture,
• Parce que l’utilisation du cyanure et le processus de lixiviation sont interdits dans les pays européens et aux USA en raison de leur dangerosité,
• Parce qu’il va à l’encontre de toutes les normes légales nationales (ordonnances municipales, régionales, Zonification Ecologique et Economique, Loi générale de l’Environnement, Constitution) et internationales (Droit à l’eau reconnu en 2010 comme partie intégrante des Droits de l’homme par résolution de l’ONU du 28 Juillet 2010).
• Parce qu’il va à l’encontre du droit des populations à être consultées pour tout projet affectant leur mode de vie (Déclaration des Nations Unies 2007, Conventions 169 de l’OIT et même Loi péruvienne votée en 2012),
• Parce qu’il repose sur un type de développement qui va à l’encontre de celui défendu par la population (une relation différente avec la nature fondée sur le respect, le bien-être, la justice sociale et le respect des générations futures).

UN PROJET SUSPENDU ?
Actuellement, le projet Conga est « suspendu », mais pas arrêté, puisque l’entreprise minière continue ses travaux subrepticement, appuyée dans sur l’intense militarisation de la région de Cajamarca. En parallèle, d’autres concessions ont été accordées à d’autres compagnies dans la région et le gouvernement met en place ses plans de persécution et pénalisation des opposants au projet, ainsi que des défenseurs des droits de l’homme.
Nous appelons la solidarité internationale à se renforcer jusqu’à l’annulation définitive du projet Conga et à demander au gouvernement péruvien l’arrêt immédiat du processus de criminalisation des dirigeants populaires et opposants à ce projet.

Comité de solidarité avec Cajamarca (lien ICI)
Rejoignez-nous !

Télécharger ICI le Fascilule « CONGA NO VA! Agua si, oro no ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.