« Tari-fiction sociale » à Est Ensemble

Derrière l’opération de communication de Veolia et du Syndicat des Eaux d’Île-de-France (SEDIF), dénoncée par notre association, se profile l’indigence de la « convention sociale » signée par Est Ensemble  (un territoire qui regroupe neuf villes de Seine Saint Denis).

Affichage sans fondement

A qui est destinée la nouvelle « aide eau sociale » d’Est Ensemble? Officiellement aux ménages dont la charge eau dépasse 3% du budget. Mais encore, combien cela représente-t-il de personnes?  Dans 8 des 9 communes d’Est Ensemble, plus de 30% de la population vit sous le seuil de pauvreté national. Il y a plus de 25 000 foyers allocataires du RSA. Le nombre de ménages qui dépensent plus de 3% de leurs revenus pour payer l’eau devrait donc se compter en milliers, voire en dizaine de milliers, dans tout ce territoire.  « L’aide eau solidaire » du SEDIF a concerné 279 ménages en 2015. Est Ensemble a pour objectif de verser une aide à 1000 ménages. C’est sans doute loin du compte. Et surtout, cela ne repose sur rien. Aucune estimation sérieuse du nombre de bénéficiaires de la nouvelle aide n’a été produite!  Nous ne sommes clairement pas dans une action de lutte contre la pauvreté, avec des objectifs étayés, mais dans un affichage politicien indécent.

Une aide à géométrie variable

L’aide eau solidaire a été versée par le SEDIF (via les CCAS des villes) à 279 ménages dont 256 dans quatre communes (sur les neuf du territoire). C’est dire qu’il ne s’agit pas d’un droit! Selon la politique sociale des villes, l’allocation est utilisée ou ne l’est pas… Autant bien choisir son lieu d’habitation, si on est démuni ! « Aider 279 ménages pour une population de plus de 427 000 habitants : une goutte quand on sait qu’il y a plus de 41 000 foyers bénéficiaires du RSA socle, remarque Henri Smets de l’Académie de l’Eau. A Montreuil, on aide 1% des RMIstes. Pas un seul aidé à Noisy-le-Sec ??? 2 au Pré Saint Gervais ??? » Il ne s’agit même pas d’une aide sociale, puisqu’il n’y a aucune relation entre  le nombre de personnes au RSA et le nombre de personnes aidées.

Mais même quand l’aide eau solidaire du SEDIF est utilisée, cela peut  être de façon tout à fait contestable. Ainsi nous avons l’exemple à Bondy d’une personne qui a été victime d’une régularisation abusive de facture de la part de Veolia. L’aide eau solidaire a été utilisée pour payer une partie de la facture litigieuse qui devrait plutôt être annulée par Veolia. Dans ce cas, c’est Veolia qui a bénéficié de l’aide eau solidaire, pas l’usager domestique!

Un calcul mystérieux

Le SEDIF a dépensé en 2015, 65 000 € pour l’aide eau solidaire à 279 ménages d’Est Ensemble. Celui-ci rajoute à présent 40 000 € et annonce le quadruplement du nombre de bénéficiaires! Que cache cette étonnante prévision?  Soit il s’agit d’une esbroufe totale  (ce que l’on ne peut pas exclure de la part d’Est Ensemble) et le nombre d’allocataires va en réalité stagner à quelques centaines. Soit le montant moyen de l’aide va passer de 250€ à moins de 100€ et ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle pour les personnes en difficultés.

Dans Le Parisien du 14 septembre 2016
Dans Le Parisien du 14 septembre 2016