Des Assises régionales au Forum alternatif mondial de l’eau (FAME2012)

Les Assises et leur préparation sont l’occasion de mettre en débat de nombreuses questions.
Par exemple, quelles leçons tirons-nous des luttes engagées pour le retour à une gestion publique de l’eau ? Les situations sont diverses.

L’association des usagers de l’agglomération de Mantes en Yvelines (AREP-CAMY) a marqué des points et contraint l’agglomération à des négociations plus serrées avec VEOLIA, avec pour résultat une baisse des tarifs et un contrat moins avantageux pour l’entreprise. A Est Ensemble, la volonté d’une gestion publique s’est exprimée si fort qu’il ne se trouve plus personne pour défendre la gestion confiée au privé, mais une majorité d’élus s’est quand même prononcée pour le retour dans le giron du SEDIF/VEOLIA.

Dans tous les cas, il s’agit de ne pas en rester là. Comment faire pour aller plus loin et gagner le retour au public ? Comment les associations peuvent-elles s’épauler mutuellement, renforcer ensemble leurs actions ? Quels pouvoirs nouveaux les usagers-citoyens et leurs associations peuvent-ils revendiquer en ce qui concerne l’information tout d’abord, puis la prise de décision ?
L’exploitation des gaz de schistes constitue un extraordinaire péril pour la qualité de l’eau et a soulevé à juste titre une vague formidable d’indignation citoyenne qui a obtenu de premiers succès avec l’annulation de quelques permis, mais là non plus le compte n’y est pas et, peu ou prou, les mêmes questions sont posées. Comment passer de majorités d’opinion à l’inversion des priorités et des décisions des pouvoirs publics ?

Sur ces questions, nous voulons débattre, élaborer des propositions mais aussi trouver des solutions pratiques en construisant un mouvement de l’eau à l’échelle régionale, qui traite de toutes les problèmes liés à l’eau sans préalable ni hiérarchie entre eux, qui favorise l’alliance d’associations diverses, d’experts, d’élus, etc. Et, bien entendu, c’est sur les mêmes bases que nous voulons participer au Forum alternatif mondial de l’eau. Nous allons y apporter les contenus et les propositions élaborés dans les Assises régionales. Et les enrichir d’autres idées, au niveau national et international, pour aboutir à des propositions d’action qui ne seront ni un catalogue de revendications, ni une énième déclaration de grands principes, mais plutôt des leviers pour avancer ici et maintenant. Nous visons aussi à créer des liens plus étroits, un mouvement de l’eau organisé à l ‘échelle nationale et internationale. C’est ambitieux mais c’est nécessaire et surtout c’est à notre portée !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.