Interdiction des plastiques à usage unique: et les bouteilles d’eau?

 Le gouvernement canadien a annoncé la liste des produits en plastique à usage unique qu’il envisage d’interdire. Chose choquante, la liste n’inclut pas les bouteilles d’eau en plastique. Il s’agit d’un grave oubli auquel il faut remédier. Une tribune de Maude Barlow dans le National Observer. Et si on faisait la même démarche en France?

La crise des plastiques détruit nos lacs, rivières et océans. L’Union internationale pour la conservation de la nature rapporte qu ‘«au moins huit millions de tonnes de plastique se retrouvent dans nos océans chaque année», affectant négativement toutes les espèces marines. Un énorme coupable est l’industrie de l’eau en bouteille.

Chaque minute, dans le monde, un million de bouteilles d’eau en plastique sont vendues. Le monde produit maintenant un demi-billion de bouteilles d’eau en plastique chaque année, et seulement neuf pour cent de tout le plastique jamais produit a été recyclé . Le reste est jeté dans les décharges, les forêts, les marais et nos eaux partagées.

Les Canadiens consomment plus de deux milliards de bouteilles d’eau en plastique chaque année . Ceci dans un pays où, dans une très grande majorité, l’eau provenant de nos robinets est propre, sûre, abordable et fournie par les gouvernements via des systèmes publics. Il n’y a aucun appel pour que les gouvernements protègent une industrie qui contribue à la crise des plastiques tout en dépensant des fonds publics pour nettoyer et fournir de l’eau potable salubre aux foyers et aux lieux de travail canadiens.

Pourtant, c’est exactement ce que fait le gouvernement canadien. L’eau embouteillée étant considérée comme un produit alimentaire, sa réglementation est supervisée par Santé Canada et l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

À ce titre, l’industrie de l’eau embouteillée est ouvertement promue par Agriculture et Agroalimentaire Canada, dont la mission est de soutenir l’industrie agroalimentaire et de «promouvoir l’innovation et la compétitivité». Le site Web d’Agriculture et Agroalimentaire Canada fait la promotion ouverte des «bienfaits pour la santé et le bien-être» de l’eau embouteillée, en particulier de l’eau embouteillée aromatisée destinée aux jeunes. Le site gouvernemental informe que «les consommateurs recherchent des options de boissons pratiques qui offrent des avantages nutritionnels et pour la santé» aux sodas sucrés riches en calories.

Dans un rapport de février 2017 , AgCanada a déploré le «déficit» des exportations d’eau embouteillée vers la Chine, concluant que la crise de la qualité de l’eau dans ce pays offre des «opportunités importantes» pour l’industrie canadienne de «se développer» en Chine et au-delà.

Sans surprise, un certain nombre d’investisseurs canadiens et étrangers relèvent le gouvernement pour relever ce défi. Un investisseur chinois a déjà expédié 200 conteneurs d’eau d’un puits près de Chilliwack, en Colombie-Britannique, et Whistler Water Inc., un consortium d’investisseurs canadiens et chinois, a annoncé le lancement d’ un accord d’investissement pour commercialiser de l’eau glaciaire canadienne de première qualité en Chine.

Bien sûr, l’eau provient de l’extraction des eaux souterraines et des bassins versants locaux, et l’opposition grandit à travers le pays. La réaction aux nombreux nouveaux sites d’eau embouteillée en Colombie-Britannique est si intense qu’une pétition en 2019 à l’Union of BC Municipalities a conduit à une résolution demandant au gouvernement de mettre fin à toutes les extractions d’eau pour l’industrie de l’eau embouteillée. La Colombie-Britannique a connu plusieurs années de sécheresse intense et les habitants de la région sont de plus en plus protecteurs de leur patrimoine hydrique.

Une lutte acharnée contre l’eau embouteillée a eu lieu au cours de la dernière décennie dans la région en grande partie rurale près de Guelph, en Ontario. Nestlé – qui a récemment vendu ses propriétés canadiennes – a pompé près de cinq millions de litres par jour à partir de deux puits de la région et a acquis le permis d’exploiter un troisième puits à Middlebrook, surenchérissant sur un canton local qui a besoin d’eau pour une population croissante. .

Six Nations of the Grand River est une communauté autochtone qui s’est montrée particulièrement opposée à cette opération. Avec 90% de la communauté sans eau courante dans leurs maisons, les habitants sont en colère parce que les puits se trouvent sur une parcelle de terre qui leur a été cédée par des traités il y a longtemps.

«Une interdiction des bouteilles d’eau en plastique à usage unique contribuerait grandement à respecter notre engagement de réduire notre empreinte plastique … et servirait notre engagement à protéger l’eau propre dans un monde où elle s’épuise rapidement», déclare @MaudeBarlow.

Certains diront que nous devons fournir de l’eau embouteillée à ceux qui n’ont pas accès à de l’eau propre, en particulier aux Premières nations. Il est tragiquement vrai qu’il y a encore un manque d’eau salubre dans de nombreuses communautés des Premières Nations du pays. C’est une question que j’ai personnellement consacré beaucoup de temps à travailler pour changer.

Mais les collectivités qui ont besoin d’apporter de l’eau dépendent de grands contenants de gallons d’eau, qui ne seraient pas inclus dans l’interdiction des bouteilles d’eau à usage unique. Et certainement, l’objectif dans les communautés autochtones n’est pas une forme quelconque de plastique, mais une eau du robinet ou de puits publique sûre pour tous, comme cela a été garanti par les Nations Unies en tant que droit humain fondamental .

Il est plus que temps de déclarer l’eau comme un bien public  et d’arrêter de l’exploiter à des fins lucratives. Une interdiction des bouteilles d’eau en plastique à usage unique contribuerait grandement à respecter notre engagement de réduire notre empreinte plastique, de réduire l’empreinte carbone de la production du plastique en premier lieu et de servir notre engagement à protéger l’eau propre dans un monde où elle s’épuise rapidement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.