Les élu.e.s du Sud Parisien montent le ton face à Suez

Après trop de rendez-vous manqués avec M. Pellegrini, Directeur Général adjoint de Suez, fort du soutien du monde associatif et des usager.e.s, les élu.e.s de Grand Paris Sud, Val d’Yerres Val de Seine, Cœur d’Essonne et Grand Orly Seine Bièvre,  avec le soutien du Conseil Départemental de l’Essonne, bientôt rejoints par Paris Saclay et Grand  Paris Sud Est Avenir,  montent d’un ton. Lire la déclaration de Philippe Rio, Vice-président de Grand Paris Sud, et le courrier adressé par les trois censeurs d’Eau du Sud Parisien (filiale de Suez)  à Mme Soussan directrice générale de Suez, ainsi qu’un précédent courrier de Philippe Rio au déontologue de Suez.

Contexte: plusieurs collectivités du Sud Parisien (Grand Paris Sud, Val d’Yerres Val de Seine, Cœur d’Essonne, etc.) sont fournies en eau par Eau du Sud Parisien (ESP), une filiale à 100% de Suez. Le directeur d’ESP est désigné par le conseil d’administration de Suez.  La société mère Suez loue à sa filiale, le réseau interconnecté du Sud parisien (RISF) et les usines de production d’eau potable: par ce mécanisme (et d’autres comme les charges questionnées dans le courrier des censeurs), l’essentiel du cash remonte à la multinationale. Les collectivités desservies sont représentées par des censeurs, sans voix délibérative, au conseil d’administration d’ESP, ce qui devrait leur donner accès à toutes les informations sur leur collectivité et ce qui leur permet en tout cas d’interpeller l’entreprise. Philippe Rio est censeur pour Grand Paris Sud, Véronique Mayeur pour Cœur d’Essonne, Christophe Carrère pour Val d’Yerres, Val de Seine. 

La déclaration de Philippe Rio

« Le 4 avril à Evry, Mme Soussan, Directrice générale de Suez, a confirmé son refus de fournir la valeur nette comptable des installations dont elle prétend être propriétaire.

En conséquence, le 8 avril, Grand Paris Sud, sur ma proposition,  avec le soutien  de la Communauté d’agglomération Val d’Yerres Val de Seine, la Communauté d’agglomération Cœur d Essonne , l’EPT Grand Paris Seine Bièvre et le soutien du Conseil Départemental de l’Essonne, a adopté à l’unanimité l’application unilatérale d’un tarif de l’eau en gros, payé à Suez, de 0,45 € HT du m3 au lieu de 0,6946 que voudrait imposer Suez (ou plus pour d’autres collectivités).

Le 11 avril, lors du conseil d’administration d’Eau du Sud Parisien, les censeurs s’adressent à Mme Soussan et lèvent le voile d’une duplicité qui  doit cesser.

Lire le courrier à Mme Soussan du 11avril 2022

 

A la suite de Grand Paris Sud, d’autres agglomérations seront invitées à adopter des délibérations unilatérales fixant le tarif d’achat de l’eau en gros à 0,45€ HT, elles aussi.

Le Syndicat Mixte du Sud Parisien se rapprochera de la Haute Autorité de la Concurrence en vue d’examiner les conditions de sa saisine.

Grand Paris Sud pourra être amenée à mettre fin a l’usage gratuit de son réseau de transport dont bénéficie Suez depuis 1970.

Après la casse simultanée de deux canalisations de transport sur Juvisy/Viry  le Syndicat mixte fermé va faire procéder sur l ensemble de son territoire à un état des réseaux dont Suez a la charge.

Le Syndicat mixte fermé va poursuivre ses investigations visant à tirer au clair  l’utilisation par Suez de 21 millions d’euros prélevés sur sa filiale ESP qui exploite pour son compte le RISF et les usines de production de Vigneux , Viry et Morsang/Seine.

J’exige de Mme Soussan et de ses actionnaires Meridiam, GIP et Caisse des Dépôts, les réponses aux questions déjà posées au déontologue de Suez en mai 2020, concernant la diffusion par Suez d’une note blanche pour discréditer Eau de Paris à la veille du vote d’un accord avec Eau de Paris au conseil d’agglomération de Grand Paris Sud. » Philippe Rio

Lire le courrier au déontologue du groupe Suez

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.