Petit arrangement entre amis de Suez au SEPG

Le collectif « Eau claire de Seine » qui regroupe les associations engagées en faveur d’une gestion transparente et publique du Syndicat des eaux de la presqu’île de Gennevilliers (SEPG), a rédigé une lettre ouverte critiquant le changement de répartition des sièges au sein de ce syndicat, qui s’éloigne d’une représentation proportionnelle au nombre des habitants à seule fin de favoriser le statu quo en faveur de la gestion déléguée au privé.

« L’ordre du jour du CA du SEPG du 16 décembre prochain comporte l’adoption de nouveaux statuts pour le Syndicat. Renseignements pris, nous constatons qu’ils aboutissent à attribuer 2 sièges de délégués titulaires -et autant de voix- aux villes de Bois-Colombes, La Garenne-Colombes, Gennevilliers, Suresnes et Villeneuve-la-Garenne et 3 sièges à Asnières, Colombes, Courbevoie, Nanterre et Rueil-Malmaison, soit 1 siège de plus pour Bois-Colombes, La Garenne-Colombes et Villeneuve-la-Garenne qui voient ainsi leur représentation doubler, les autres restant inchangées.
Nous n’avons aucune objection à formuler sur le fait que chaque commune ait désormais au minimum 2 titulaires, bien au contraire, mais cela ne saurait advenir, selon nous, au détriment de la représentation  des habitants des autres villes, rapportée à leur poids démographique.
En effet votre projet conduirait à des délégués représentant entre 12000 et 15000 habitants  à côté d’autres en représentant entre 27000 et 30000, soit plus du double, induisant des distorsions  plus accentuées qu’avec les statuts en vigueur que vous souhaitez pourtant corriger, les habitants d’Asnières, Colombes, Courbevoie, Nanterre et Rueil-Malmaison se retrouvant parmi les plus sous-représentés et leurs voix plus diluées.
Il est pourtant essentiel, pour la crédibilité du système représentatif auquel vous êtes attachés et qui fait de plus en plus souvent l’objet  de critiques, que la répartition des  voix au sein du Comité d’administration de SEPG respecte  autant que possible une certaine proportionnalité par rapport aux populations communales, et ce d’autant plus qu’il a pu et qu’il peut arriver que des décisions importantes ne soient approuvées qu’avec une seule voix de majorité.
C’est pourquoi nous estimons qu’en l’état votre projet n’est pas équilibré et ne respecte pas le principe d’égalité entre les citoyens.
Parmi d’autres modes de répartition possibles, nous nous permettons de vous soumettre une proposition permettant d’allier les principes d’égalité et de juste représentativité avec votre volonté d’attribuer un minimum de  2 délégués titulaires à chaque ville et la préoccupation de ne pas augmenter exagérément leur nombre total.
Elle consisterait à attribuer un délégué titulaire pour chaque tranche complète de 12500 habitants d’une ville, ce qui aboutirait à un Comité d’administration comptant 44 membres titulaires, répartis selon le tableau récapitulatif ci-après :
VILLE population nombre actuel de délégués nombre de délégués projeté par le SEPG nombre de tranches complète de 12500 habitants
Asnières 83376 3 3 6
Bois-Colombes 28927 1 2 2
Colombes 85102 3 3 6
Courbevoie 88530 3 3 7
Gennevilliers 41930 2 2 3
La Garenne Colombes 28297 1 2 2
Nanterre 89476 3 3 7
Rueil-Malmaison 79855 3 3 6
Suresnes 46876 2 2 3
Villeneuve-la-Garenne 25644 1 2 2
TOTAUX  598013 22 25 44
Ce total de 44 membres, sensiblement plus élevé qu’actuellement, ne nous paraît pas démesuré au regard des enjeux vitaux que représente l’alimentation en eau potable d’un territoire comptant près de 600 000 personnes résidentes et 400 000  emplois. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.