Réconcilier la ville avec l’eau

Dominique Nalpas, coordinateur des États généraux de l’eau à Bruxelles (EGEB) et Pierre Bernard, animateur du Bureau d’architecture Arkipel, spécialisé dans les cartographies participatives présenteront l’expérience inspirante des EGEB, du constat de la crise de « l’eau technique », en passant par une autre manière de voir l’eau dans le paysage urbain, jusqu’à la nouvelle alliance entre citoyen.ne.s, scientifiques et pouvoirs publics. pour une nouvelle culture de l’eau et de nouvelles formes d’action.

Mercredi 22 juin / 20h30 / Maison de quartier de la Dhuys, 30 avenue de la Dhuys à Bagnolet/ INSCRIPTION CI-DESSOUS

Historiquement, la ville a refoulé l’eau. L’eau ne s’infiltrant plus dans le sol, les nappes phréatiques s’épuisent et des sources se tarissent. Il faut faire venir l’eau de bassins versants éloignés. La solution est technique : tuyauteries, pompes, filtration, réservoirs… L’eau ‘technique’ est devenue jetable. Désormais, elle a un coût.

La ville a perdu la perception de l’écologie de l’eau. L’eau potable sert à tout – par exemple laver la voiture -, et l’eau de pluie ne sert plus à rien, si ce n’est à provoquer des inondations et des dégâts. 

Les questions environnementales appellent à une autre manière de voir, complexe, écologique et osons-le, poétique. La ville peut renouer avec l’eau en jouant sur la diversité de ses « comportements » et recréer, par de multiples dispositifs techniques ou sociaux/collectifs à l’échelle du bassin versant (citernes de récupération, noues d’infiltration, bassins ralentisseurs, étangs, toitures vertes, rigoles, points d’eau publics, plate-forme expertes et citoyennes, contrats de rivière…), l’émergence de nouveaux cycles de l’eau que nous appellerons Nouvelles rivières urbaines. 

Dans cette vision, l’ingénieur et le financier ne sont plus les seuls experts : ils sont accompagnés de l’architecte, de l’urbaniste, du géologue, du jardinier, du sociologue, de l’artiste, de l’animateur de quartier, des habitants… Le citoyen devient également co-producteur, il intervient et participe. Deux questions sont alors indissociablement liées. Comment gérer l’eau ensemble? Quelle eau pour quelle ville ?

S’inscrire ci-dessous:

Réconcilier la ville avec l'eau

Réconcilier la ville avec l'eau

2 réflexions sur « Réconcilier la ville avec l’eau »

  1. Depuis des dizaines d’années, Véolia utilise les rivières pour diluer les pollutions urbaines , alors qu’une simple application du code de l’environnement (AUCUN REJET EN RIVIÈRE …) résoudrait simplement TOUS nos problèmes, les rejets urbains sont 10 FOIS plus importants que les besoins agricoles mais ils sont TROP TOXIQUES et ça ne choque personne qu’ils soient déversés dans les rivières …
    La seule façon de perdre de l’eau douce c’est de l’envoyer en mer … pour faire baisser le niveau des mers de 1cm il faudrait que les continents gardent 20mm de pluie (par exemple pendant les inondations), techniquement ce n’est pas facile , c’est TRÈS FACILE !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.