Une audition publique régionale placée sous le signe de la citoyenneté

a l'eauL’audition publique régionale sur la politique européenne de l’eau, organisée par la Coordination Eau Île-de-France, lundi 12 mai, dans l’hémicycle du Conseil régional, a connu un vif succès avec une centaine de participants. Les nombreuses personnalités associatives et politiques présentes ont mené, plusieurs heures durant, un débat sans concession. En particulier, sur la définition même de la construction européenne: « l’Europe est un marché » ou peut-elle se fonder sur les droits humains et le bien commun?  Une initiative nécessaire pour donner sens et contenu à la politique européenne, dans le domaine de l’eau, au moment où chacun déplore par ailleurs le vide de la campagne électorale. Cette demi-journée a permis de mutualiser les connaissances, les critiques et les propositions et de renforcer l’expertise citoyenne et publique.

Parmi la grande diversité politique des intervenants, un point a fait consensus: le besoin d’un lien entre la politique de l’eau (incarnée par la directive cadre sur l’eau (DCE) de 2000 et le plan eau pour l’horizon 2030) et les autres politiques européennes, en particulier celle de l’agriculture (PAC) et celle de l’énergie. Chacun a dénoncé à sa façon cette lacune dans la politique européenne.

Cet exercice de réappropriation de la politique européenne par les associations et les citoyens a fortement pointé les lacunes existantes en matière justement de démocratie et de citoyenneté Ainsi le Plan eau, publié par la Commission européenne fin 2012, n’a fait l’objet d’aucun débat, ni au Parlement européen, ni dans les Parlements nationaux, ni dans les Conseils régionaux!

La gestion par bassin hydrographique qui est au cœur du modèle français de l’eau mais aussi de la DCE, montre aussi ses limites en matière de démocratie: les usagers citoyens ne s’y retrouvent pas, la plupart des élus locaux non plus…  Et Riccardo Petrella montre aussi la lacune dans la dimension européenne même: car , si de très nombreux bassins sont transfrontaliers, rien n’est expérimenté ou prévu à l’échelle de ces bassins. Les bassins sont considérés exclusivement à l’intérieur des frontières nationales. Un petit arrangement avec la réalité hydrique qu’on prétend servir…

Enfin le mouvement citoyen est en plein essor avec une multitude de référendums (de l’Italie en juin 2011 à Thessalonique le 18 mai 2014, en passant par Berlin ou Madrid). Le succès de l’Initiative citoyenne européenne sur l’eau interpelle directement les politiques. Les réponses concrètes qui seront données ou non à ces mouvements, seront déterminantes pour la crédibilité de l’Europe politique.

  • OUVERTURE DE LA SÉANCE / Jean Claude Oliva, directeur de la Coordination eau Ile-de-France
  • PRÉSENTATION DU MÉMORANDUM sur la politique européenne pour l’eau/ Riccardo Petrella, Professeur émérite de l’Université Catholique de Louvain, Président de l’Institut Européen de Recherche sur la Politique de l’Eau (IERPE), eurocandidat.
    Lire le mémorandum en ligne>>>ici
  • LE DÉBAT :
  • Gabriel Amard, eurocandidat (Front de gauche)
  • Michel Lesage, député (PS)
  • Emmanuel Poilane, directeur de la Fondation Danielle Mitterrand France Libertés, eurocandidat (Nouvelle donne)
  • Nicolas Imbert, directeur exécutif de Green Cross France et Territoires
  • Serge Lepeltier, Président de l’Académie de l’Eau et Ancien Ministre de l’Ecologie et du Développement Durable (UMP PR)
  • Jacques Perreux, conseiller régional (EELV)
  • Anne Le Strat, présidente d’Eau de Paris et d’Aqua Publica Europea
  • Corinne Lepage, eurodéputée (Europe citoyenne)
  • Jean-François Pellissier, conseiller régional (Front de Gauche)
  • Didier Dumont CGT-fédération des services publics

  • CONCLUSION/Riccardo Petrella et Ruth Stégassy

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.