Les Noiséens vont- ils être punis?

Mardi 19 décembre 2017  toutes les villes du territoire d’EST ENSEMBLE sauf NOISY LE SEC ont décidé de saisir la chance historique de pouvoir passer à une gestion 100% publique de l’eau et de se donner un délai de deux ans pour réaliser les études techniques et engager une concertation avec les habitants. En effet, le maire  s’est  désolidarisé du reste du territoire et a fait part de sa volonté de ré-adhérer au SEDIF et ce, sans débat avec les habitant.es, ni avec les élu.es du conseil municipal. Mais il n’a pas pu le faire immédiatement faute d’avoir présenté une délibération à ses collègues.

Lire ci-dessous la lettre ouverte des conseillers municipaux Christiane DELPOZO, Anne DEO et Patrick LASCOUX et la pétition déjà signée par des centaines d’habitant.es, à l’initiative du Collectif eau publique de Noisy en cours de création.

« Monsieur le Maire, chers collègues,

Lors du dernier conseil territorial , notre collègue Olivier Deleu a exprimé publiquement votre décision de vous désolidariser des 8 autres villes d’Est Ensemble en ré-adhérant au SEDIF. Cette décision que vous auriez prise en bureau municipal, nous semble placer notre ville dans une situation d’isolement extrêmement délicate et cela pour des objectifs que nous ne comprenons pas.

 En effet, les huit autres villes du territoire ont accepté un moratoire de deux ans pour mener des études sérieuses et objectives, permettant de choisir, en connaissance de cause, la meilleure gestion de l’eau pour les usagers, une convention a été signée avec le SEDIF pour assurer pendant ce moratoire la poursuite du service de distribution de l’eau dans les mêmes conditions , la sortie du SEDIF n’est pas définitive et ne présage en rien du choix qui sera fait au bout des deux années d’étude.

En revanche, si vous persistiez dans votre décision de ré-adhérer au SEDIF, Noisy ne pourrait bénéficier d’aucune étude , elle serait engagée avec le SEDIF pour une durée très longue, sans possibilité de retour en arrière et les Noiséens seraient exclus du débat citoyen qui aura lieu dans les huit autres villes du territoire.

Nous nous trouverions alors dans une position de faiblesse vis à vis du SEDIF , précisément au moment où la synthèse annuelle publiée par l’Agence Régionale de Santé précise que l’eau distribuée par le SEDIF, même si elle reste consommable, n’est pas de bonne qualité, contrairement à celle distribuée par Eau de Paris. En cause, la pollution par les pesticides! En outre, Noisy-le-Sec dépend de l’usine de Neuilly-sur-Marne/Noisy-le-Grand, elle est alimentée par les eaux de la Marne, de qualité médiocre et changeante (cf. Sedif). En 2017, le prix du m3 était à Paris de 3,41 Euros et à Noisy 4,55 Euros.

Pourquoi priver les Noiséens des études qui pourraient éclairer leurs avis de citoyens et d’usagers?

Pourquoi leur confisquer définitivement l’opportunité de choisir entre les différents modes de gestion et de distribution de l’eau?

Nous savons que nos points de vue divergent sur le passage en régie publique et nous respectons le vôtre, mais ce n’est pas de cela dont il s’agit aujourd’hui: le moment n’est pas au choix, mais à la réflexion qui conduira à un choix! 

Pour toutes ces raisons, nous nous permettons de vous demander de revenir sur votre décision et de nous permettre d’en débattre en toute sérénité.

Dans l’attente d’une réponse, recevez Monsieur le maire, chers collègues nos salutations sincères,
Christiane DELPOZO, Anne DEO et Patrick LASCOUX »

LA PÉTITION 

L’eau est un bien commun, pas une marchandise! Ne la laissons pas aux intérêts marchands de VEOLIA 

Les Noiséens vont- ils être punis?

Mardi 19 décembre 2017  toutes les villes du territoire d’EST ENSEMBLE sauf NOISY LE SEC ont décidé de saisir la chance historique de pouvoir passer à une gestion 100% publique de l’eau et de se donner un délai de deux ans pour réaliser les études techniques et engager une concertation avec les habitants. Seul notre maire  s’est  désolidarisé du reste du territoire et a fait part de sa volonté de ré-adhérer au SEDIF immédiatement et ce, sans débat avec les habitants.

Nous voulons que les Noiséens aient accès aux études et au débat démocratique pour obtenir, à terme, une eau moins chère et plus saine pour tous.

La sortie du SEDIF n’est pas irréversible, l’adhésion si!

 

Nous demandons à Monsieur le maire de ne pas nous pénaliser et de ne pas ré- adhérer au SEDIF maintenant.

SIGNER LA PÉTITION ICI

Collectif eau de Noisy

Laisser un commentaire