Aménageons sous la pluie

Le département de la Seine Saint-Denis et d’autres acteurs franciliens de l’assainissement se sont associés pour lancer un audacieux appel à contributions « aménageons avec l’eau de pluie » qui vise à la réalisation de projets d’aménagement respectueux du cycle naturel de l’eau. C’est un véritable changement de paradigme qui est en cours. Réponses pour cette première édition jusqu’au 16 mai.

L’appel à contributions soutient toutes les actions permettant de :

  • Supprimer ou tout au moins réduire la part des eaux pluviales dans les réseaux publics d’assainissement.
  • Permettre à la pluie de rester dans son cycle naturel en étant gérée là où elle tombe.
  • Créer de nouveaux espaces de nature en ville.
  • Proposer des pratiques innovantes de concertation et participations citoyennes.

Il s’adresse à tous porteurs de projets, publics ou privés (entreprises, associations, particuliers…)

Les lauréats de cet appel à contributions (AAC) bénéficieront d’une valorisation et d’un accompagnement de leurs initiatives ou projets exemplaires, publics ou privés, situés sur périmètre d’éligibilité de l’AAC.

Pour candidater, c’est ici:

demarches-simplifiees.fr/commencer/amenageons-avec-la-pluie-2021

De la maîtrise du ruissellement à la valorisation urbaine

Le Département, héritier d’un territoire où l’eau a partout laissé son empreinte, a engagé de nombreuses actions visant à rétablir un cycle de l’eau plus naturel, et rendre une image positive à l’eau. L’eau dans la ville est présente sous de nombreuses formes : l’eau potable, l’eau des rivières et des nappes, l’eau de pluie, l’eau usée…
Ainsi, l’atout urbanistique des dispositifs de gestion à l’amont en font des solutions particulièrement adaptées au territoire départemental. Ils intègrent l’eau à la ville et lui redonnent une place. Le Département souhaite rendre l’eau pluviale visible, compatible avec un cadre urbain et lui rendre une valeur esthétique, ludique ou apaisante. L’eau dans la ville permet de préserver, ou recréer, la présence de la nature en ville, avec des paysages complets, plus ou moins transformés en fonction de la pluie.
L’objectif est d’intégrer l’eau dans la vie des habitants, et leur faire prendre conscience qu’elle peut être bénéfique leur qualité de vie. De plus, rendre l’eau temporairement « visible » sensibilise le public au cycle de l’eau. Ainsi la mise en place de ces techniques dans les collèges, intéresse particulièrement la communauté scolaire.

Une nouvelle ressource : l’eau de pluie

L’approche du Département sur cette question se veut globale. Ainsi, l’opportunité de réutiliser l’eau de pluie doit être étudiée parallèlement à une réflexion sur la diminution des consommations. Cette réutilisation doit être pensée à l’échelle de l’opération d’aménagement et non, seulement à l’échelle d’un bâtiment restreint à ces usages intérieurs.
Par exemple, il est étudié lors de la conception des espaces urbains la possibilité de créer des cheminements de l’eau de pluie permettant l’arrosage « naturel » des espaces verts, la création de zones humides ou la mise en valeur paysagère. Cette même approche nous amène, à l’échelle de la parcelle, à envisager la déconnexion au réseau d’assainissement des descentes d’eaux pluviales des toitures afin d’irriguer naturellement les parcelles et par là même limiter et ralentir le ruissellement.

Ville bioclimatique

Les réflexions menées sur la réutilisation des eaux pluviales à l’échelle des opérations d’aménagements et le contexte actuel de lutte contre le réchauffement climatique amènent à réfléchir sur le rôle des espaces verts et de l’eau dans la ville afin de permettre une atténuation ou une adaptation aux phénomènes d’îlots de chaleur urbains.
L’action conjuguée de l’eau et des espaces verts permet d’une part de réduire l’inertie thermique des espaces urbains et d’autre part d’augmenter leur capacité à renvoyer l’énergie solaire plutôt qu’à l’accumuler. Enfin l’évapotranspiration des végétaux correctement irrigués, permet un rafraichissement de l’air. Dans cette perspective, au regard de cette nouvelle ressource qu’est l’eau de pluie, il est envisageable de créer de véritables îlots de fraîcheur, consommateurs d’eau mais « naturellement » irrigués.
Il convient donc d’étudier à l’amont des projets la possibilité de faire coïncider maîtrise du ruissellement et création d’îlots de fraicheur intégrés au parti d’architecture et de paysage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.