L’eau en commun

Le Printemps de l’eau est terminé mais les initiatives autour de l’eau continuent! Samedi 2 avril s’est tenue une rencontre publique avec le Mouvement National pour L’Environnement (MNLE) à Noisy-le-Sec (93) : l’occasion  de resserrer les liens avec cette association et d’évoquer la création de la régie publique territoriale d’Est Ensemble.

Christian Pellicani, Président du MNLE, est arrivé de Marseille le matin même pour participer à cette rencontre autour de l’eau auxquels étaient invités Olivier Sarabeyrouse, Maire de Noisy-le-Sec, Jean-Claude Oliva, Vice-président d’Est Ensemble et Jean-Claude Faye, Président du syndicat mixte d’alimentation en eau potable de Tremblay-en-France.

Christian Pellicani a introduit la rencontre avec un diaporama sur le recul des glaciers, montrant une manifestation concrète du changement  climatique. Olivier Sarabeyrouse a fait l’historique du combat pour le retour à la gestion publique à Noisy-le-Sec. Jean-Claude Oliva a rappelé les avancées de la gestion publique de l’eau en Île-de-France et en France et a détaillé le processus de création de la régie publique territoriale à Est Ensemble et ses prochaines étapes. Jean-Claude Faye a présenté le SMAEP de Tremblay-en-France qui comprend une régie et deux délégation de service public ; il a été rejoint récemment par quatre villes qui l’ont préféré au Syndicat des eaux d’Île-de-France (SEDIF) qui, décidément, ne fait plus recette.

Avec de très nombreuses questions et interventions du public, le débat a porté notamment sur les questions des tarifs, sur la place des usagers-citoyens et sur « le service public national de l’eau » sur lequel les positions étaient plus contrastées. Autant de sujets à creuser ensemble à l’occasion de l’Université d’été du MNLE fin août ou des quarante de l’association à l’automne prochain.

Une réflexion sur « L’eau en commun »

  1. Après « l’eau, bien commun », il va falloir oeuvrer d’urgence pour « le gaz, bien commun » et « le pétrole, bien commun », « les terres rares, bien commun »… etc.
    Ce sont également des cadeaux de la nature et non la propriété confisquée d’un Etat ou d’un autre !
    Eviter les conflits imbéciles devrait fournir une motivation suffisante, non ? Au XXIème siècle !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.