Archives de catégorie : Non classé

La première fontaine d’eau pétillante sur les berges de Seine

Communiqué de presse – Eau de Paris – Ville de Paris

Célia Blauel, adjointe à la Maire de Paris, chargée des questions relatives à l’Environnement, au développement durable, à l’eau, à la politique des canaux et au plan climat énergie territorial, et présidente d’Eau de Paris, a inauguré la première fontaine pétillante des berges de Seine (et la 5ème de la capitale) lundi 21 juillet 2014. Cette inauguration consacre l’engagement pris par la nouvelle maire de Paris de développer l’accès libre à l’eau pétillante dans la capitale. Pour Célia Blauel, « le déploiement des fontaines pétillantes dans tous les arrondissements de Paris permettra de valoriser l’eau du robinet d’une autre façon, tout en renforçant son accès à toutes et tous. »

Offrir de l’eau aux Parisiens : une mission de service public
Le développement des fontaines offrant de l’eau gazeuse aux Parisiens s’inscrit dans le cadre de la mission de service public d’Eau de Paris, qui est d’offrir une eau de qualité à tous, et particulièrement aux personnes les plus démunies. Paris compte ainsi 1 200 points d’eau potable mis à la disposition des Parisiens et visiteurs (fontaines Wallace, bornes fontaines dans les jardins publics, points d’eau aux sanisettes…)Comment ça marche ?

Branchée sur le réseau public de distribution d’Eau de Paris, la fontaine « La Pétillante » propose de l’eau fraîche et pétillante grâce à un système ingénieux de refroidissement et de gazéification. L’eau fraîche est obtenue par refroidissement de l’eau du réseau public à l’aide d’un banc de glace généré par un système de refroidissement : un échange thermique a lieu entre l’eau arrivant du réseau à environ 12°C et un glaçon à 0°C, permettant de distribuer au robinet une eau à environ 7°C. L’eau pétillante est obtenue quant à elle par adjonction de Co2 gazeux dans l’eau rafraîchie ! Le dispositif de distribution de l’eau est réglé pour délivrer un volume d’environ 50 cl afin d’éviter les gaspillages d’eau. La nouvelle fontaine pétillante des Berges est située au niveau du pont de la Concorde. L’accès se fait au 4, quai Anatole France.

Où sont les autres fontaines d’eau pétillante ?
Quatre autres fontaines d’eau pétillante ont également été installées dans Paris et se situent :

  • sur la façade du siège social de l’entreprise Eau de Paris au 19, rue Neuve-Tolbiac (Paris 13ème)
  • au jardin de Reuilly, au niveau de l’entrée par l’avenue Daumesnil (Paris 12ème)
  • dans le parc André Citroën, au niveau de l’entrée quai André Citroën (Paris 15ème)
  • dans le jardin d’Eole face au 28 rue d’Aubervilliers (Paris 18ème)

Courant 2014, une sixième fontaine pétillante sera implantée à la ZAC Clichy-Batignolles dans le 17ème arrondissement.

Rapport Lesage et crise du modèle français de l’eau

Le rapport d’évaluation de la politique de l’eau en France, publié par le député Michel Lesage, dresse un bilan accablant de la situation. Mais les mesures proposées restent cosmétiques face à la crise structurelle du modèle français de l’eau. Tribune de Jean-Claude Oliva, publiée sur Reporterre.

En juin 2013, le député Michel Lesage (PS, Côtes d’Armor), a publié un rapport sur la politique de l’eau en France.

Dès la préface, il pose les limites de son exercice. Exemple significatif, « les activités agricoles, note le rapporteur, sont à l’origine de pollutions dans certaines régions et  mobilisent les réserves d’eau l’été pour irriguer les cultures ». Mais ce constat posé, il renvoie dos à dos deux positionnements antagoniques : « ceux qui souhaitent conditionner les aides agricoles aux changements de pratiques » et « ceux qui considèrent que les agriculteurs en situation de crise subissent déjà des règles, normes et zonages environnementaux excessifs ».

Cette absence de choix ne débouche sur rien de tangible : « affirmer une volonté et une mobilisation collective » en prenant… la Bretagne comme le bon exemple à suivre !  Pourtant la qualité de l’eau est particulièrement dégradée dans cette région où de nombreux captages d’eau potable ont dû être fermés ces dernières années. C’est la manifestation criante de l’échec du modèle français de l’eau, dénoncée par ailleurs par M. Lesage.

Celui-ci envisage cependant « une plus grande conditionnalité des aides et une fiscalité incitative » avec des propositions qui concernent les engrais azotés mais ne s’attaquent… ni aux pesticides, ni aux porcheries industrielles (dont le gouvernement a allégé le régime d’autorisation). A la décharge de M. Lesage, on notera qu’il est député des Côtes d’Armor, un département comptant neuf fois plus de cochons que d’habitants humains : ceci explique-t-il cela ?

Lire la suite

 

En avant pour l’eau publique à Est Ensemble !

Le tribunal administratif de Montreuil a annulé la délibération par laquelle la Communauté d’agglomération Est Ensemble (CAEE) * a demandé son adhésion au Syndicat des Eaux d’Île-de-France (SEDIF).
C’est une première victoire pour le mouvement citoyen sans précédent qu s’est développé à Est Ensemble depuis 2010.
Cette annulation constitue une seconde chance pour remettre à plat la gestion de l’eau à Est Ensemble et mettre en œuvre une gestion publique comme s’y était engagée la CAEE, il y a deux ans. Le changement politique en cours au niveau national -avec plusieurs ministres qui sont retournés à une régie publique de l’eau dans leur collectivité- doit se retrouver sur le terrain à Est Ensemble.
C’est une question de justice sociale  : la population d’Est ensemble « bénéficie » d’un des tarifs les plus chers de France. Nous payons l’eau de 40 à 58% plus cher que nos voisins parisiens. Ce scandale doit cesser !
C’est une question de santé, nous voulons une eau de meilleure qualité, sans sels d’aluminium par exemple, à titre de précaution.
C’est une question de démocratie : la population doit être entendue. Nous exigeons maintenant que :
  •  un nouveau dispositif provisoire soit établi avec le SEDIF, sans adhésion de la CAEE au SEDIF, le temps de réaliser l’étude de faisabilité et de mettre en place la régie publique ;
  • les associations et les usagers fassent partie du comité de pilotage du nouvel audit et disposent en temps réel de toutes les informations ;
  • l’organisation d’une consultation citoyenne dans chaque commune de l’agglomération avant toute décision.
 *La CAEE regroupe Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré Saint Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-sec, Romainville et Pantin.


Pour se joindre à cet appel : envoyez-nous un e-mail avec votre nom, prénom, adresse.
Pour soutenir notre action : 
  • Adhérez à la Coordination eau Ile-de-France !
  • Vous souhaitez faire un don? Les sommes collectées seront utilisées pour couvrir les frais juridiques.  Chèques à l’ordre de Coordination EAU Île-de-France, à renvoyer à Coordination EAU Île-de-France, Collectif Eau Est Ensemble, Comme vous Emoi, 5 rue de la Révolution, 93100 Montreuil