Tous les articles par Estelle Luc

Les mauvaises infrastructures de l’eau représentent un risque plus élevé que le coronavirus, selon l’ONU

Un article du quotidien The Guardian résume le nouveau rapport de l’ONU sur la mise en valeur des ressources en eau à la lumière de la crise  du coronavirus.

Continuer la lecture de Les mauvaises infrastructures de l’eau représentent un risque plus élevé que le coronavirus, selon l’ONU

LE KREMLIN-BICÊTRE : LES RÉPONSES DES CANDIDAT-ES

LES RÉPONSES DES CANDIDAT-ES :

LISTE DES CITOYENS DES ATELIERS KREMLINOIS : JEAN-LUC LAURENT

Répond oui à toutes les questions.

Pas de commentaire.

DÉCIDONS NOTRE KB: RIM YEHYA

Répond oui à toutes les questions sauf une.

Ne se prononce pas sur la place de l’eau dans la ville.

Pas de commentaire.

VILLEJUIF : LES RÉPONSES DES CANDIDAT-ES

LES RÉPONSES DES CANDIDAT-ES :

DÉCIDONS VILLEJUIF : SOPHIE RUIZ

Répond oui à toutes les questions sauf une. Ne se prononce pas sur la place de l’eau dans la ville.

Ajoute les commentaires suivants :

Partie 1 : La régie publique, c’est l’avenir !

Pour témoigner de notre engagement sur les points évoqués dans cette partie, vous pouvez consulter l’article https://decidonsvillejuif.fr/grand-orly-seine-bievre-la-vraie-vie-est-ailleurs/ sur notre site participatif. Vous trouverez des engagements reliés aux questions évoquées dans les autres parties dans divers articles du site https://decidonsvillejuif.fr/

Certains membres de la liste connaissent votre association et ont proposé ces idées (retour en régie publique, participation des usagers, 1ère tranche gratuite) il y a plusieurs mois. En effet, nous avions d’ores et déjà la notion que la gestion de l’eau avait été transférée au territoire… et avons également appris qu’il y aurait peut-être des possibilités pour dénoncer des contrats qui nous lient à des entreprises privées (via le SEDIF) cette année même sur notre territoire (T12, Grand Orly Seine Bièvre).
Bref, de l’eau, pour toutes et tous, y compris pour les populations les plus fragiles, et aussi dans l’optique de nous réapproprier cette compétence qui a échu au territoire à l’époque dans la plus grande opacité.
L’eau est un bien commun que nous devons partager. Et la participation des usagers dans la gestion d’un bien commun leur redonne leur place dans ce partage, et un contre-pouvoir bien utile !

Partie 2 : L’eau ne se mérite pas, c’est un droit !

Sensibilisés notamment à la question des gens du voyage par certains des membres de la liste, nous avons à cœur que chacun et chacune puisse avoir accès à l’eau… quelle que soit sa situation.
Encore une fois, l’eau est un bien commun et doit être accessible à toutes et tous.
La question des tarifs est importante pour favoriser cet accès : nous espérons que le retour en régie publique puisse nous permettre d’avoir la main sur le coût et donc l’accessibilité pour les personnes les plus précaires… et les 1ers mètres cubes gratuits.

Partie 3 : Restaurer le cycle de l’eau en ville, c’est bon pour le climat !

Ces trois propositions sont différentes de la question de la gestion, et la première concernant la place de l’eau dans la ville n’a pour l’instant pas été proposée. Nous pouvons la mettre au débat lors de nos prochaines rencontres et en étudier la faisabilité. En effet, cette proposition est tout à fait intéressante, notamment quand on considère la disparition de tous les terrains en friches de notre commune, au sein de laquelle le nombre de constructions explose.

La gestion alternative des eaux de pluie, avec présence de sols de pleine terre correspond également à des propositions de débétonisation qui ont été faites par notre liste. En effet, notre ville est très (et même trop encombrée) par le béton et les nouvelles constructions.
Par ailleurs, il a été évoqué le fait de mettre en place des surfaces et des matériaux plus respectueux de l’environnement, mais également du cycle de l’eau, si possible dès lors qu’il faudra envisager une réfection.

S’engager à supprimer les bouteilles en plastique dans la collectivité est également un objectif accessible dans la mesure où nous connaissons d’autres organisations qui ont réussi à s’en donner les moyens. Prenons exemple !