Hommage à Henri Smets

La Coordination EAU Île-de-France a appris avec beaucoup de tristesse le décès de Henri Smets, président fondateur de l’ADEDE, Association pour le développement de l’économie et du droit de l’environnement, ONG membre de la Coalition Eau. Notre association présente ses condoléances à sa famille et à ses proches et rappelle son engagement dans notre combat commun pour le droit à l’eau pour tou.te.s.

Ingénieur diplômé de l’Ecole Polytechnique de Bruxelles, Henri Smets a obtenu son doctorat au Massachusetts Institute of Technology (Cambridge). Il est aussi titulaire d’une licence d’économie.
Il a fait sa carrière à l’OCDE traitant des questions juridiques et économiques de l’environnement. Il a reçu le Prix international Elisabeth Haub de droit de l’environnement pour ses travaux. Il siégeait au Conseil européen du droit de l’environnement. Elu à l’Académie de l’Eau, il se consacrait au développement du droit à l’eau, sujet sur lequel il a publié plusieurs ouvrages.

Henri Smets était de toutes les discussions du groupe de travail sur le droit à l’eau, constitué depuis de nombreuses années avec la Fondation France Libertés Danielle Mitterrand et la Coalition Eau.

Il rédigeait sans cesse des notes et des ouvrages qui alimentaient les réflexions de tout.e.s. Vous pouvez retrouver en lien les nombreux articles d’Henri Smets publiés sur notre site web.

Henri Smets est à l’origine de la campagne victorieuse de la Coordination EAU Île-de-France et de la Fondation France Libertés Danielle Mitterrand contre les coupures d’eau. En effet, c’est lui le premier qui nous a alerté sur l’adoption de la loi Brottes qui a rendu les coupures d’eau illégales en avril 2013. Il a rédigé l’article « les coupures d’eau pour impayés sont illégales » qui donne des explications précises et précieuses pour les usagers. C’est l’article le plus consulté depuis la création de notre site web (plus de 80 500 vues)! 

Ces deux dernières années, il s’est intéressé notamment à la nouvelle directive eau potable adoptée par l’Union européenne en décembre 2020 dont il a montré le point d’appui qu’elle pouvait constituer pour les populations les plus démunies. Il a également analysé l’application du droit à l’eau dans les bidonvilles en France en examinant les jugements des tribunaux à ce sujet pendant le confinement. 

Henri Smets avait la préoccupation constante des plus démuni.e.s et de mesures concrètes visant à les aider. Il poussait par exemple à l’adoption de propositions précisant le nombre de litres nécessaires par personne et par jour pour respecter le droit humain à l’eau.  Il calculait aussi l’impact financier des demandes portées par les associations, montrant que ces dépenses étaient largement supportables par les pouvoirs publics. 

Ses travaux continueront à nous inspirer pour rendre effectif le droit humain à l’eau et à l’assainissement.

Vous pouvez trouver en lien ses ouvrages publiés aux éditions Johanet.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.