Recul de Santini face aux « gilets bleus »

Ce matin, jeudi 20 décembre, à l’appel de la Coordination Eau Île-de-France, des collectifs eau publique d’Est Ensemble, avec le soutien de la Convergence nationale de services publics et de l’UD-CGT 94, une soixantaine de citoyen-nes et d’élu-es, en gilets bleus, ont bloqué l’entrée principale de l’usine des eaux de Choisy-le-roi où devait se tenir le comité syndical du SEDIF, obtenant de M. Santini qu’il revienne sur sa menace d’interrompre la convention  provisoire avec Est Ensemble.

Trouvant l’entrée bloquée par les citoyen-nes, les membres du comité syndical du SEDIF ont été conduits par le personnel de Veolia à une petite porte située quelques centaines de mètres plus loin, tout un symbole. La réunion a été retardée en l’absence du quorum nécessaire.

Cette action fait suite à la lettre ouverte adressée par 100 élu-es d’Est Ensemble, lui enjoignant de ne pas exclure leur territoire de la convention provisoire signée en 2017 entre le SEDIF et les trois territoires (Est Ensemble, GrandOrly-Seine-Bièvre et Plaine Commune) qui ont refusé d’adhérer au syndicat.

M. Santini, Président du SEDIF, menaçait les usagers d’une hausse massive des tarifs de l’eau avec la rupture immédiate de la convention.

Finalement la raison l’a emporté. Le comité syndical a décidé de maintenir la convention jusqu’à la fin de la durée initialement prévue, c’est à dire fin 2019. C’est un succès important à mettre au compte de l’action collective.

Prochain RDV, le 22 janvier au conseil de territoire d’Est Ensemble. Deux villes, Noisy-le-sec et Bobigny, demandent à ce qu’Est Ensemble adhère au SEDIF pour elles deux. Une démarche qui n’a rien d’automatique puisque que c’est le conseil de territoire qui a la compétence eau et qui est souverain en la matière. C’est un premier refus du conseil de territoire d’adhérer au SEDIF pour Noisy-le-sec qui avait déclenché l’ire du SEDIF et les menaces de sanctions…

2019 sera l’année où les trois conseils de territoire seront amenés à décider de leur futur mode de gestion de l’eau, à confirmer leur sortie du SEDIF et leur choix de la gestion publique.

Le Sedif renonce à rompre sa coopération avec Est Ensemble

Le président du Sedif, André Santini n’a finalement pas mis ses menaces à exécution. Après la mobilisation d’une centaine d’élus d’Est ensemble et des gilets bleus de la coordination eau Île-de-France, le comité syndical du Sedif a décidé de maintenir la convention de coopération avec ce territoire de Seine-Saint-Denis.

Choisy-le-Roi : manif de gilets bleus contre l’exclusion d’Est Ensemble par le Sedif

Quelques dizaines de gilets bleus se sont rassemblés ce jeudi matin devant l’usine des eaux de Choisy-le-Roi, où était convoqué le comité syndical du Sedif (Syndicat des eaux d’Ile-de-France) qui gère actuellement l’eau  potable de 150 villes de la région en délégation de service avec Véolia, pour protester contre l’exclusion du territoire Est Ensemble qui était à son ordre du jour.

LE SEDIF ET EST ENSEMBLE MAINTIENNENT LEUR CONVENTION

 

Le mois de décembre fut agité pour la communauté Est Ensemble. Après une lettre du Président du SEDIF (Syndicat des Eaux d’Ile-de-France), André Santini, menaçant de rompre la convention signée entre le territoire et le syndicat qui permet d’assurer la continuité du service de l’eau, militants et élus ont dû se mobiliser pour obliger ce dernier à revenir sur sa décision.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.