Eau et pesticides, ce n’est pas le bon mélange !

La Coordination Eau Île-de-France rejoint l’appel nous voulons des coquelicots. Prochain rendez-vous ce vendredi 2 novembre à 18h30 devant chaque mairie.


Des eaux brutes, les pesticides ont vite fait de s’infiltrer dans l’eau potable, La preuve, la dernière synthèse annuelle publiée par l’Agence régionale de santé, fin 2017, indique que l’eau distribuée par le Syndicat des Eaux d’Île-de-France (Veolia), même si elle reste consommable, n’est pas de bonne qualité, contrairement à celle distribuée par la régie publique Eau de Paris. En cause, la pollution par un pesticide, le métaldéhyde, un neurotoxique, qui a été détecté de façon ponctuelle dans l’eau distribuée.

On voit ici la limite de l’approche par des traitements industriels, sophistiqués et coûteux, privilégiée par le SEDIF et Veolia. C’est en amont qu’il faut agir en préservant la qualité de l’eau brute, dans l’environnement. L’utilisation d’eau souterraine et le développement de l’agriculture biologique autour des champs de captage y participe fortement pour Eau de Paris et cela fait toute la différence !

Le comble, c’est que les usines du SEDIF, exploitées par Veolia, polluent la Marne dans laquelle elles puisent -lire notre article sur la pollution de la Marne. L’usine de Neuilly-sur-Marne rejette dans la rivière les eaux de lavage des filtres à charbon actif, chargées de pesticides. Avec l’autorisation du préfet. Le principe de précaution (et le simple bon sens) exigerait de stopper ces pratiques. Le cocktail Agro-industrie + SEDIF + Veolia + État est imbuvable ! Choisissons notre santé.

Interdisons tous les pesticides de synthèse

Passons à la gestion publique de l’eau

Laisser un commentaire