Arvigny : Un avis tranché de France Nature Environnement

Avis de France Nature Environnement Seine-et-Marne à l’enquête publique relative à la demande d’autorisation environnementale présentée par le Syndicat des eaux d’Île de France (SEDIF), pour la mise en place de l’osmose inverse basse pression à l’usine  d’Arvigny et la création d’une canalisation de rejet en Seine sur les communes de Savigny-le-Temple, Lieusaint, Nandy et Seine-Port.

FNE Seine-et-Marne fédère au niveau départemental des associations de protection de la nature et de l’environnement. Elle représente 46 associations et des adhérents individuels soit 2596 adhérents. Elle est agréée de protection de l’environnement au titre de l’article L141-1 du Code de l’Environnement.

  1. La concertation : le calendrier choisi est très contestable, du 20 juin au 14 août 2019, avec une réunion publique le 2 juillet soit en période de vacances d’été. Résultat: 5 observations et 5 participants à la réunion publique. Peut-on vraiment parler de concertation?
  2. La rédaction des questions et l’interprétation des résultats d’un sondage auprès des consommateurs sont, elles aussi, très contestables. En effet 37% se prononcent pour la protection de la ressource, 27% pour une eau sans micropolluant .La rédaction des questions influence considérablement les réponses. C’est comme si on demandait <<Voulez vous payez moins d’impôts et avoir des services de  meilleure qualité?>>
  3.  La consommation d’électricité actuelle est de 1 700 000 kWh/an, elle va passer à 4 700 000 kWh/an (valeur estimée) à l’heure où les économies d’énergie sont indispensables.
  4.   Gestion quantitative de l’eau : le volume pompé dans la nappe du Champigny par l’installation actuelle est de 22 000 m3/j. Ces prélèvements s’effectuent sur la zone en tension quantitative (ZRE Champigny). Le rendement de la filtration n’étant que de 87%, le SEDIF pompera donc au maximum de son autorisation soit 25 500 m3/j. Avec ce projet 2500 m3/j en moyenne sont rejetés en Seine. Grâce aux efforts de tous (usagers, industriels, agriculteurs, producteurs d’eau …) pour économiser la ressource, la nappe du Champigny a retrouvé un fragile équilibre quantitatif qui sera mis à mal par ce projet.
  5.  Rejets en Seine : des volumes significatifs de saumures ainsi que des produits de traitement vont être rejetés en Seine. La qualité des eaux du fleuve va se trouver dégradée. Des prises d’eau pour l’alimentation en eau potable sont situées en aval du point de rejet, ce qui va nécessiter des traitements complémentaires (et des coûts). Les changements climatiques en cours vont renforcer et multiplier les forts étiages d’où une concentration plus forte des produits rejetés dans les eaux de la Seine.
  6.  Il s’agit encore ici d’un projet curatif sans ambition préventive. C’est la fuite en avant : on traite les conséquences, pas les causes.

Pour toutes ces raisons, France Nature Environnement Seine-et-Marne émet un avis défavorable sur ce projet.

Le 21 juin 2021

Bernard Bruneau

Président de FNE Seine -et-Marne


Extrait du document:
SEDIF/usine  d’Arvigny Réponses du pétitionnaire au procès verbal de synthèse du commissaire enquêteur Page  114.

Retrouvez l’intégralité du rapport ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.