Archives par mot-clé : SEDIF

Cap sur la gestion publique

2016webfly-t12

Dans nos villes*, l’eau qui coule des robinets est le plus souvent gérée par des multinationales de l’eau : VEOLIA ou SUEZ Lyonnaise. Avec la création de la Métropole du Grand Paris et des Établissements Publics Territoriaux (EPT), une possibilité existe pour que la gestion de cette eau redevienne  publique… si les élus le décident.

Continuer la lecture de Cap sur la gestion publique

L’histoire se corse à Issy-les-Moulineaux

Suite à l’installation d’un nouveau compteur à télé-relève, M. Fontaine, résidant à Issy-les-Moulineaux, a été victime d’une « erreur d’affectation », reconnue par Veolia après la publication sur notre blog d’un courrier à M. Santini, président du Syndicat des eaux d’Île-de-France (SEDIF). La surfacturation occasionnée a été remboursée à l’usager. L’histoire aurait pu s’arrêter là: lire ici. Mais non, elle vient de connaître un épilogue cocasse, M Santini, par ailleurs Maire d’Issy-les-Moulineaux,  proposant un dédommagement à son administré!

Continuer la lecture de L’histoire se corse à Issy-les-Moulineaux

Une « convention sociale » cache-misère

Est Ensemble et le SEDIF ont organisé une cérémonie publique de signature d’une « convention sociale » avec Veolia, le mardi 13 septembre au siège d’Est Ensemble.

« L’aide eau sociale », créée par Est Ensemble, prolonge un dispositif du SEDIF (Syndicat des eaux d’Île-de-France) qui ne répond pas aux besoins de la population. « L’aide eau solidaire » du SEDIF a bénéficié en 2015 à 279 ménages sur tout le territoire d’Est Ensemble, soit  1% des allocataires du RSA ! C’est une goutte d’eau dans un océan de difficultés.

dsc_13371

Continuer la lecture de Une « convention sociale » cache-misère

SEDIF : la vérité des prix

Le Syndicat des eaux d’Île-de-France (SEDIF) célèbre cette année ses 90 ans. Depuis 1923, le SEDIF est en délégation de service public, c’est-à-dire que la production, la distribution et la facturation de l’eau sont confiées à la Compagnie générale des eaux, devenue VEOLIA. Et il devrait en être ainsi jusqu’en 2023, date à laquelle s’achèvera l’actuel contrat. Un siècle avec la générale !

Pour les usagers, cette touchante fidélité se traduit par des tarifs parmi les plus élevés de France. Et ils ne cessent d’augmenter !

Le tarif du SEDIF au 1er janvier est 1,47 €/m3 (pour la partie eau exclusivement). Du 1er janvier 2011 (départ du nouveau contrat SEDIF VEOLIA) au 1er janvier 2013, l’augmentation est donc de 4,25%.

Faut-il s’en étonner, cette hausse bénéficie exclusivement à VEOLIA. Au 1er janvier 2011, hors part fixe, le tarif se décomposait en 0,45 €/m3 pour le SEDIF et 0,96 €/m3 pour VEOLIA. La part du SEDIF n’a pas bougé au 1er janvier 2013; mais celle revenant à VEOLIA est passée à 1,02 €/m3 soit une augmentation de 6,25%!!!

Présentée comme une des avancées du nouveau contrat SEDIF VEOLIA, cette distinction entre part du SEDIF et part de VEOLIA est un trompe l’oeil. Ainsi le SEDIF vient d’acheter à VEOLIA pour la modique somme de 28 millions d’euros l’unité d’Arvigny. Ces 28 millions d’euros seront comptabilisés dans la part du SEDIF …mais c’est encore à VEOLIA qu’ils profiteront.

Certains usagers domestiques « bénéficient » d’une seconde tranche de tarif (pour une consommation supérieure à 180 m3) à 1,66 €/m3. Dans ce cas, hors abonnement, la part du SEDIF est inchangée (0,45 €/m3) mais celle de VEOLIA est de 1,0167 €/m3. Un petit extra pour VEOLIA sur le dos des familles nombreuses. Il s’agit d’une fausse progressivité car les gros consommateurs (entreprises) bénéficient d’une ristourne qui peut aller jusqu’à 60% !

A titre de comparaison, le tarif d’Eau de Paris au 1er janvier 2013 est 1,05 €/m3, inchangé depuis le 1er janvier 2010, date du retour en régie publique. Le SEDIF fait payer aux usagers domestiques des tarifs qui sont de 40 à 68% plus élevés que ceux d’Eau de Paris.

C’est bien un racket qui s’opère sur les usagers via le SEDIF.