Archives par mot-clé : Méry-sur-Oise

Les prix de l’eau flambent et ce n’est pas fini !

Bien de première nécessité, l’or bleu coûte de plus en plus cher en Île-de-France et dans l’Oise. Et les tarifs de production d’eau potable — comme de sa distribution — et, en bout de chaîne, de l’assainissement des eaux usées, n’ont pas fini d’augmenter fortement. Par Aurélie Foulon et Florian Loisy.

Notre commentaire: en euros constants, les tarifs de l’eau sont stables, voire en légère baisse dans le bassin Seine Normandie, montre une étude de l’Agence de l’eau, sur laquelle nous reviendrons. C’est Eau de Paris qui tire les tarifs à la baisse pour tous les usagers domestiques. Mais le Parisien alerte à juste titre sur le risque majeur de dérapage des tarifs si le SEDIF parvenait à mettre en place l’osmose inverse basse pression. Un moyen de recréer une tendance à la hausse des tarifs pour maintenir la rente de Veolia.

Continuer la lecture de Les prix de l’eau flambent et ce n’est pas fini !

Eau osmosée: acharnement thérapeutique au SEDIF

Après l’abandon du projet pilote d’Arvigny, le SEDIF tente de relancer l’eau osmosée par une campagne médiatique (lire ci-dessous les articles de 20 minutes et du Parisien). Les montants des investissements sont toujours effarants (400 millions d’euros par usine, soit plus d’un milliard d’euros pour trois usines, selon 20 minutes) et une hausse des tarifs de 20 centimes par m3 est annoncée pour les usager.e.s. Le choix de commencer par l’usine de Méry-sur-Oise montre que le projet ne répond à aucune utilité pour la qualité de l’eau des usager.e.s. Car Méry-sur-Oise dispose déjà d’une technique plus sophistiquée (la nanofiltration) que les autres usines du SEDIF. S’il y avait un impératif à améliorer la qualité de l’eau, il aurait fallu commencer par les autres usines (Choisy-le-Roi et Neuilly-sur-Marne) moins performantes. Le durcissement des normes sur les micropolluants annoncé par André Santini est un fake : la directive européenne eau potable en décembre 2020 ne prévoit rien de tel.  La seule motivation de l’eau osmosée est inavouable : maintenir au plus haut niveau la rente de Veolia.

Mais on ne nous dit pas tout! Citée dans l’article de 20 minutes, Anne-Laure Colon qui était cheffe du service études de faisabilité et filières haute performance, en charge du dossier technique de l’eau osmosée depuis 2016, a quitté le SEDIF. Qui croit encore à l’OIBP?

Continuer la lecture de Eau osmosée: acharnement thérapeutique au SEDIF

Arvigny: le SEDIF renonce à son projet pilote

Un communiqué commun du SEDIF et de Grand Paris Sud (lire ci-dessous) acte l’abandon du projet pilote d’osmose inverse basse pression (OIBP) à Arvigny. C’est une victoire pour les élu.e.s locaux et pour notre association, après un an d’actions.  Nous continuons la lutte pour obtenir l’abandon total et définitif de l’OIBP, un grand projet nuisible pour les usager.e.s et l’environnement.

Continuer la lecture de Arvigny: le SEDIF renonce à son projet pilote

Douche froide pour le projet d’une « eau pure, sans calcaire et sans chlore »

ECHEC Le projet porté par le syndicat des eaux d’Ile-de-France n’a pas obtenu d’autorisation environnementale de la part de la préfecture. Par Guillaume Novello.

Continuer la lecture de Douche froide pour le projet d’une « eau pure, sans calcaire et sans chlore »

Eau potable : en Ile-de-France, on lave plus blanc que blanc, mais à quel prix ?

Le Syndicat des eaux d’Île-de-France (Sedif), qui regroupe 135 communes de banlieue parisienne, prévoit de moderniser ses usines de traitement pour délivrer une eau « pure, sans calcaire et sans chlore » à plus de 4 millions de Franciliens. Pour cela, il compte investir près d’un milliard d’euros dans une technologie très critiquée par d’autres collectivités, qui y voient une fuite en avant ruineuse et anti-écologique. Par Matthieu Jublin.

Continuer la lecture de Eau potable : en Ile-de-France, on lave plus blanc que blanc, mais à quel prix ?