Archives de catégorie : Batailles pour une gestion publique

Une page se tourne à Est Ensemble

Lire l’article paru sur le mag Est Ensemble ICI

La démission de Bertrand Kern de la présidence de l’agglomération Est Ensemble constitue selon celui-ci la fin de « la première phase de mise en place ». Le débat sur la gestion de l’eau a fortement marqué les débuts de l’agglomération. Avec de nombreuses associations et citoyens et une partie importante des élus du conseil communautaire, la Coordination EAU Île-de-France s’est opposée à l’adhésion au SEDIF et a finalement obtenu gain de cause au tribunal administratif. Bien entendu, ce combat n’était pas dirigé contre des élus mais visait à ouvrir la possibilité d’une gestion publique. C’est le cas maintenant et la communauté d’agglomération se trouve au pied du mur : il y a un choix à faire, un choix économique, politique, écologique.

Le magazine hors-série Est Ensemble, adressé à tous les habitants de l’agglomération, pointe d’ailleurs la gestion de l’eau potable dans « les enjeux de demain ». L’article indique que l’adhésion au SEDIF « n’était pas un parti pris politique ». Dont acte. Mais on a du mal à comprendre que « «la seule alternative aurait été d’acheter directement de l’eau à Véolia » (sic) : le réseau est celui du SEDIF, Véolia n’est que son délégataire. L’alternative c’était de continuer, le temps de la mise en place d’une régie, avec le SEDIF sans y adhérer … comme c’est d’ailleurs le cas aujourd’hui ! Décidément, les arguments en faveur de l’adhésion au SEDIF ne sont pas avouables, pas plus aujourd’hui qu’hier !

Dans le même article, on apprend qu’ « Est Ensemble a décidé de faire appel de cette décision (du tribunal) pour le principe ». Cela semble plutôt léger comme motif, les juges apprécieront ! Plus important, l’article confirme que l’agglomération attendra jusqu’au printemps prochain les conclusions d’une nouvelle étude pour arrêter sa décision entre une ré-adhésion au SEDIF et un partenariat avec Eau de Paris. Plus question donc dans l’immédiat d’adhésion au SEDIF (1), contrairement aux prédictions imprudentes entendues ici ou là ! Et, un an avant les élections municipales, choisir le SEDIF et Véolia ne sera pas la meilleure façon d’entrer en campagne pour des élus…

Un nouveau cycle commence : souhaitons pour la réussite de cette agglomération et son avenir, qu’il soit celui de la mise en place d’un véritable service public de l’eau. Et faisons plus que le souhaiter, continuons à agir ensemble !

(1)Au passage, remarquons que l’article 46 du contrat entre le SEDIF et Véolia, qui concernait Est Ensemble, est définitivement caduc car sa validité nécessitait une adhésion d’Est Ensemble dans les deux ans après la signature du contrat, soit jusqu’à juin 2012.

Cyberaction – Est Ensemble

Vos pétitions seront envoyées à Mr Kern, président de la communauté d’agglomération Est Ensemble.
___________________________________________

Billet d’humeur

Est Ensemble, on t’aime!
Mazette, l’est drôlement beau le bâtiment d’Est ensemble, pas à l’Ouest du tout. Ca fait plaisir de voir comme l’argent des contribuable est bien utilisé. Dehors avec Stefania on distribuait le tract de la coordination eau Ile de France. La Cegette était là, mais y nous ont pas cassé la gueule, au contraire. Ah, c’est  plus ce que c’était ! Même qu’ils étaient contents de nous voir et on bavassait tranquilles quand soudain arrive un phare breton monté sur roues, avec dessus marqué  » la divagante » et deux marins qui font de la musique. Non, je vous assure, j’avais rien fumé. Ces gardiens particuliers des phares et balises n’étaient pas au courant que la manif prévue n’avait pas lieu car l’ordre du jour du conseil avait changé après le bourre-pif que leur avaient mis la coordination et les juges. Du coup des cégettes se sont mis à danser, tout ça sous les fenêtres de la grande salle du conseil, c’était d’un kitch!Elle est  très belle la salle, j’y mets 3 étoiles au moins. Elle est est ronde, claire et donne en panoramique sur la banlieue. Z’étaient pas nombreux, les conseillers, à peine une cinquantaine (sur 91) mais faut les comprendre les  pontes avaient été contraints d’aller au pince-fesses de Barto, à l’hôtel delassé ( ça s’écrit comme ça, j’étais pas invité), qu’elle corvée !  Bon v’la t’y pas qu’on fait l’appel, ça dure bien une demi-heure. Finalement la présidente qui remplaçait au pied levé le Président  déclare que le quorum est là. Moi, je l’ai pas vu, mais puisqu’elle l’a dit. Nous de Bajo on était en force, presque tous étaient là, manquait le plus beau, Everbad-le-magnifique. Comme j’étais pas loin de l’un d’eux je lui demande si quelqu’un n’aurait pas pu représenter not’ maire. L’a k’à s’débrouiller, l’a mon n° de portable non ? l’a ka appeler quoi ! Bonjour l’amour dans la majorité.  Après v’la une  vice-présidente qui démissionne, je me souviens plus qui, elle laisse sa place à un autre lascar qui se lève pour qu’on le voit, mais ne dit mot. « Un bel homme » lance une voix taquine, la présidente par intérim se mouille pas  » Joker » qu’elle dit. Peut-être qu’elle s’y connait pas en bel homme. Pas d’autre candidat, on passe au vote. Pendant que cette belle assemblée vote et dépouille (une autre demi-heure car pour désigner quelqu’un à cette haute responsabilité, il faut que chacun mette son petit papier dans une urne située au centre de l’hémicycle) la présidente suggère de voter les indemnités du petit nouveau. Ah, enfin du croustillant, mais non pas du tout, sur la forêt d’écrans accrochés au plafond, rien pas une petite idée même des indemnités du ci-devant. La curiosité me tuera. On allait donc voter les indemnités. Mais non ! Un conseiller perspicace fit remarquer qu’on ne pouvait voter les indemnités de quelqu’un qui n’était pas encore complètement élu. Voilà une remarque qu’elle est bonne comme aurait dit un cher disparu. Bon, alors  on passe au budget, plus de 300 patates quand même ! On rentre dans le dur, Stéfania fatigue et elle n’est pas sûre qu’elle aura ses heures sup. L’a ka se syndiquer ! Bon, on se casse content. Avec cette assemblée, c’est sûr,  les citoyens peuvent dormir sur leurs deux oreilles.
By : Groteskman

En avant pour l’eau publique à Est Ensemble !

Le tribunal administratif de Montreuil a annulé la délibération par laquelle la Communauté d’agglomération Est Ensemble (CAEE) * a demandé son adhésion au Syndicat des Eaux d’Île-de-France (SEDIF).
C’est une première victoire pour le mouvement citoyen sans précédent qu s’est développé à Est Ensemble depuis 2010.
Cette annulation constitue une seconde chance pour remettre à plat la gestion de l’eau à Est Ensemble et mettre en œuvre une gestion publique comme s’y était engagée la CAEE, il y a deux ans. Le changement politique en cours au niveau national -avec plusieurs ministres qui sont retournés à une régie publique de l’eau dans leur collectivité- doit se retrouver sur le terrain à Est Ensemble.
C’est une question de justice sociale  : la population d’Est ensemble « bénéficie » d’un des tarifs les plus chers de France. Nous payons l’eau de 40 à 58% plus cher que nos voisins parisiens. Ce scandale doit cesser !
C’est une question de santé, nous voulons une eau de meilleure qualité, sans sels d’aluminium par exemple, à titre de précaution.
C’est une question de démocratie : la population doit être entendue. Nous exigeons maintenant que :
  •  un nouveau dispositif provisoire soit établi avec le SEDIF, sans adhésion de la CAEE au SEDIF, le temps de réaliser l’étude de faisabilité et de mettre en place la régie publique ;
  • les associations et les usagers fassent partie du comité de pilotage du nouvel audit et disposent en temps réel de toutes les informations ;
  • l’organisation d’une consultation citoyenne dans chaque commune de l’agglomération avant toute décision.
 *La CAEE regroupe Bagnolet, Bobigny, Bondy, Le Pré Saint Gervais, Les Lilas, Montreuil, Noisy-le-sec, Romainville et Pantin.


Pour se joindre à cet appel : envoyez-nous un e-mail avec votre nom, prénom, adresse.
Pour soutenir notre action : 
  • Adhérez à la Coordination eau Ile-de-France !
  • Vous souhaitez faire un don? Les sommes collectées seront utilisées pour couvrir les frais juridiques.  Chèques à l’ordre de Coordination EAU Île-de-France, à renvoyer à Coordination EAU Île-de-France, Collectif Eau Est Ensemble, Comme vous Emoi, 5 rue de la Révolution, 93100 Montreuil

Est Ensemble : une victoire qui en appelle d’autres !

Le mouvement citoyen pour l’eau vient de remporter une première victoire à Est Ensemble, avec la Coordination Eau Île-de-France.

Le tribunal administratif de Montreuil a annulé la délibération par laquelle la Communauté d’agglomération « Est Ensemble » (CAEE)  a demandé son adhésion au Syndicat des Eaux d’Île-de-France (SEDIF).

Il s’agit d’un jugement très important. Toutes les décisions prises par la CAEE sur la base de cette délibération mais aussi toutes les décisions prises par le SEDIF au nom de la CAEE n’ont plus aucune valeur juridique. C’est ce que nous allons faire constater à présent par les juges. L’organisation de la gestion de l’eau de la CAEE par le SEDIF et VEOLIA est en train de s’effondrer comme un château de cartes.
La décision des juges sanctionne le passage en force et dans la précipitation du président d’Est Ensemble : « le président de la communauté agglomération a fait irrégulièrement usage de ses pouvoirs de police et ainsi méconnu le principe de publicité des débats » indique le tribunal. On ne résout pas ainsi les questions politiques. La CAEE se doit de prendre en considération l’opinion publique très majoritaire, en particulier à gauche, en faveur de la sortie du SEDIF et d’une gestion publique de l’eau.
C’est une reconnaissance pour la dynamique citoyenne sans précédent qui s’est développée à Est Ensemble. Quand les citoyenNEs s’en mêlent vraiment, avec leurs associations, leurs élus, etc., ils ont le pouvoir de faire changer le cours des événements !
La Coordination Eau Île-de-France fait maintenant appel au président et à la majorité socialiste de la CAEE pour qu’ils se saisissent de cette seconde chance de mettre en œuvre une gestion publique, à l’instar de ce qu’ont fait de nombreux dirigeants socialistes dans leurs collectivités, comme MM. Laurent Fabius, Pierre Moscovici ou encore Manuel Valls, pour ne citer qu’eux.

Par une autre délibération, la CAEE prévoyait le ré-examen au bout de deux ans des modalités de gestions de l’eau : c’est maintenant possible par cette décision de justice qui la délivre de ses liens avec le SEDIF et avec VEOLIA.

Dans ces conditions nouvelles, la Coordination Eau Île-de-France affirme sa disponibilité à travailler avec la CAEE à la mise en oeuvre d’une gestion publique.

Voir LA DECLARATION COMMUNE


VOIR déclaration Parti de Gauche 93
VOIR déclaration Dominique Attia – FASE Montreuil, Conseillère Communautaire Est Ensemble.
VOIR déclaration NPA 93 
VOIR déclaration groupe Elus Ecologie et Citoyenneté de la communauté d’agglomération Est Ensemble
VOIR déclaration groupe des élu-e-s communistes et partenaires Bondy
VOIR déclaration PCF 93
VOIR déclaration Razzy Hammady, sécretaire national du PS chargé des Services Publics
VOIR déclaration groupe élus communistes et partenaires de Pantin

VOIR VIDEO et article sur le blog Montreuil Vraiment, avec Dominique Voynet, maire de Montreuil

Justice pour l’eau à Est Ensemble !

Mardi 15 mai,au Tribunal administratif de Montreuil :

Le 30 novembre 2010, une majorité du conseil d’agglomération (53 voix contre 38) votait pour l’adhésion au Syndicat des Eaux d’Île-de-France (SEDIF), c’est-à-dire pour confier la gestion de l’eau à la transnationale VEOLIA.

Or selon une première délibération votée le même jour, la Communauté d’agglomération souhaitait créer une régie publique de l’eau potable et se donnait un délai de deux ans, c’est à dire jusqu’à la fin de l’année 2012, pour se prononcer.

Cela exprimait sans ambiguïté aucune, la volonté de la Communauté d’agglomération Est Ensemble (CAEE) d’adhérer au Syndicat des Eaux d’Ile-de-France à titre provisoire pour assurer la continuité du service public, dans l’attente du résultat des études engagées.

Mais ce n’est pas légal. La CAEE ne peut se retirer qu’avec l’accord de l’ensemble des communes membres du SEDIF. Et à imaginer qu’elles acceptent, la CAEE serait encore liée par le contrat VEOLIA-SEDIF.

L’adhésion d’Est Ensemble au SEDIF doit donc être annulée ! C’est l’objet du recours au tribunal administratif déposé par la Coordination EAU Île-de-France avec l’avocat William Bourdon.

L’audience aura lieu mardi 15 mai à 15h au tribunal  administratif de Montreuil (salle II)  7, rue Catherine Puig (niveau 206 rue de Paris), métro Robespierre.
Venez nombreux pour soutenir notre action !

Les démarches en justice sont longues et coûteuses : nous avons besoin de votre soutien financier.
Chèques à l’ordre de la Coordination Eau Île-de-France, Espace comme vous émoi, 5 rue de la Révolution, 93 100 Montreuil.

En attendant, la population d’Est Ensemble « bénéficie » d’un des tarifs les plus chers de France. Nous payons de 40 à 58% plus cher que nos voisins parisiens !

En attendant, les études qui doivent s’achever à la fin de l’année ne sont toujours pas commencées !!! Ce qui en dit long sur la vraie volonté du Conseil d’agglomération…

LE DOSSIER EST ENSEMBLE: tous les articles et vidéos ici

En 2012, construisons ensemble l’eau bien commun!

La soirée des victoires du bien commun a été à la hauteur de nos espérances !
(VOIR CI-DESSOUS TOUTES LES ACTIONS PRIMÉES)

Un moment fort et chaleureux, qui a permis de savourer ensemble les
avancées réalisées ces derniers temps, en Île-de-France comme dans le monde.
Il est important de mesurer le chemin parcouru en quelques années et le
changement dans les têtes mais aussi, et déjà, dans les faits.

Cela donne courage et confiance pour aborder les défis qui nous attendent : la
reconquête de la gestion publique en Île-de-France, l’arrêt de la pollution
et du mésusage de l’eau, la démocratisation de la gestion…
Merci à toutes et à tous, nous restons en contact .

Prochain grand rendez-vous : le Forum alternatif mondial de l’Eau, à Marseille en mars prochain !

L’équipe de la coordination Eau Ile-de-France vous donne rdv dès janvier, avec la publication des résultats des Assises.
Bonnes fêtes à tous, et à bientôt !

PHOTO: Vladimir Cruells, plasticien: il a crée les victoires du bien commun, sous forme de 8 pièces d’art uniques.   Il est entouré par Jean-Claude Oliva et Stefania Molinari, Coordination eau Ile-de-France.–

Action récompensée :

Remunicipalisation de l’eau à Paris depuis le 1er janvier
Victoire remise à :
Anne Le Strat, présidente d’Eau de Paris, Adjointe au Maire de Paris, chargée de l’eau, de l’assainissement et de la gestion des canaux

Par Jean-Claude Oliva, président de la Coordination EAU Île-de-France

Action récompensée :

Droit à l’eau comme bien commun inaliénable dans la nouvelle constitution de l’Equateur en 2007

Victoire remise à :

Carlos Jativa, ambassadeur d’Equateur en France
Par Franck Pupunat, porte-parole d’Utopia

Action récompensée :

Mouvement citoyen contre les gaz et pétrole de schiste


Victoire remise à :

Christine Arfeuillères pour les les Collectifs NON aux gaz et pétrole de schiste Ile-de-France et Seine et Marne

Par Martine Le Bec, rédactrice en chef du magazine H2O.net

Action récompensée :

Festival de l’Oh ! pour son dixième anniversaire en 2011

Victoire remise à :

Son directeur, Olivier Meïer

Par Françoise Gigleux de l’association « l’eau est le pont ».

Action récompensée :

Référendum victorieux contre la privatisation de l’eau en juin 2011 avec une mention spéciale à la ville de Naples pour ses décisions en faveur d’une gestion publique en octobre 2011.

Victoire remise à :

Michaella Bracciaferri du comité italien à Paris et Alberto Lucarelli, maire-adjoint aux biens communs communs et démocratie participative de Naples.

Par Jacques Perreux, conseiller général du Val de Marne, conseiller régional IDF.

Action récompensée :

Création de la régie des Eaux des Lacs de l’Essonne en 2010.

Victoire remise à :

Bernard Maurin, vice-pdt régie des eaux des lacs de l’Essonne, au titre des usagers.

Par Michel Partage, président association nationale EAU

Action récompensée :

Présentation de résolution sur le droit à l’eau à l’A.G. de l’ONU le 28 juillet 2010 par la Bolivie.

Victoire remise à :

Tupac Soriano Pérez, Chargé d’ Affaires, AMBASSADE DE L’ETAT PLURINATIONAL DE BOLIVIE EN France

Par Achille du Genestoux, de la Fondation France Libertés.

Action récompensée :

Combat pour le retour à gestion publique de la CAMY qui a permis de gagner une baisse importante des tarifs pour tous.

Victoire remise à :

Maurice Martin, pdt AREP-CAMY

Par Marc Laimé, journaliste.

Coordination eau Ile-de-France
tel 09. 82.31.73.84